PINAUD Henri

Par Alain Prigent, Gilles Rivière

Né le 12 mars 1907 à Frenda (Département d’Oran, Algérie), mort le 17 août 1997 à La Seyne-sur-mer (Var) ; professeur ; membre du comité de la fédération des Côtes-du-Nord du PCF (1949-1955) ; catholique et militant des Combattants de la Paix.

Reçu au baccalauréat philosophie en 1926, Henri Pinaud obtint une licence d’histoire et de géographie de 1928 à 1931. Après avoir effectué son service militaire d’octobre 1932 à octobre 1933, il obtint son DES (diplôme d’études supérieures) en géographie en 1934. Il enseigna au collège de Tlemcen de novembre 1934 à septembre 1939. Il fut muté ensuite au lycée d’Oran le 1er octobre 1939 poste qu’il occupa jusqu’au 4 octobre 1941. Il enseigna la rentrée d’octobre 1941 au collège de Mostaganen jusqu’en septembre 1942. Il participa à la campagne de Tunisie d’août 1939 à juin 1940. Il fut nommé au collège de garçons de Dinan en octobre 1946. Militant communiste très actif, il devint presque immédiatement secrétaire de la cellule de Dinan-Centre et membre du bureau de section en novembre 1946. Aux élections municipales de 1947, il figura en 8ème position sur la liste communiste menée par Edouard Forget, liste qui n’obtint que quatre élus. Membre du secrétariat de section en mai 1948, il remplaça Jean Graffard à la direction de la section de Dinan en février 1949 et dans le même temps siégea au comité de la fédération des Côtes-du-Nord du PCF (1949 à 1955). Il fut aussi responsable des Combattants de la Paix, militant du Mouvement de la Paix. En décembre 1949, un Comité pour la Paix fut formé à Dinan, dont son épouse, Elisa Pinaud, fut élue présidente. Catholique convaincu, il déplaça les réunions locales du PCF du dimanche matin pour pouvoir assister à la messe. Sa pratique religieuse interpella de nombreux militants et il perdit sa place de secrétaire de section en février 1953, Roger Esnault lui succédant. Mais le Comité Central critiqua la Fédération des Côtes-du-Nord, lui reprochant cette sanction politique, jugeant qu’un secrétaire de section, affichant sa foi catholique, convenait parfaitement à la spécificité bretonne. Finalement Henri Pinaud resta membre du bureau de section et du comité fédéral. Cette crise dinannaise montra en fait les décalages qui pouvaient exister au sein d’une fédération attentive aux questions traversant le monde catholique comme l’indiquaient les rapports préfectoraux de 1953, fédération qui en outre avait initié la promotion de plusieurs cadres catholiques issus de la JOC comme Gisèle Geslin, Jean Prual ou Paul Frésil. En mai 1953, aux élections municipales, il figurait en 5ème position sur la liste communiste d’Emile Briand qui obtint 2 élus.
Il fut muté à sa demande à l’annexe du lycée Charlemagne au Raincy (Seine-et-Oise,Seine/Saint-Denis) à la rentrée 1955.
Marié à Elisa Ortéga voir Elisa Pinaud le 23 février 1938 à Tlemcen (Algérie), le couple eut quatre enfants (naissance de 1939 à 1945). Veuf, domicilié à Antibes (Alpes-Maritimes), Pinaud se remaria le 29 août 1980 à La Seyne-sur-mer avec Hélène Gargent, née à Guingamp (Côtes du Nord/ d’Armor), divorcée.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article150800, notice PINAUD Henri par Alain Prigent, Gilles Rivière, version mise en ligne le 5 décembre 2013, dernière modification le 12 février 2014.

Par Alain Prigent, Gilles Rivière

SOURCES :
Arch. Dép. Côtes d’Armor 1W13 (rapport sur les prêtres ouvriers), 12W47 (rapport sur les milieux catholiques en 1949), 1472W75 (dossiers individuels des membres de l’enseignement secondaire public). —Archives de la section communiste de Dinan conservées par Gilles Rivière. —Composition des comités fédéraux de la fédération des Côtes-du-Nord et fichier des élus de la Fédération des Côtes-du-Nord du PCF établis par Gilles Rivière. — Ouest-Matin, quotidien édité par les fédérations du PCF de l’Ouest (1948-1956). —François Prigent, « Les femmes dans les milieux de gauche (syndicats et partis) dans les Côtes-du-Nord de la Libération aux années 1968 : prosopographie, réseaux, militances », in Sens Public, mai 2009, Actes du colloque européen de Lyon (28-29 mars 2007), "Les femmes dans l’action militante, syndicale et revendicative de 1945 à nos jours". — Notes de Jean-Claude Autran et Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément