BRASSEUR Jean.

Par Jean Neuville

Né à Namur (pr. et arr. Namur) en 1820. Ouvrier serrurier, impliqué dans une grève et condamné en vertu de l’article 415 en 1856.

Le dimanche 18 mai 1856, Jean Brasseur participe à une réunion d’ouvriers serruriers qui se tient au café de l’Europe, à Namur. Il y est décidé de cesser le travail à 19 heures au lieu de 20 heures. Le 19 mai, des « délégués », Martin Féront et Joachim Allard en informent les maîtres serruriers, Deldime-Haut et Dieudonné Deldime. Le travail y est effectivement arrêté.

Donat Deldime-Haut porte plainte auprès du procureur du roi, le 20 mai, pour « une coalition d’ouvriers », le priant « de vouloir en punir les fauteurs ». En plus de Martin Feront, il met en cause Jean Brasseur qu’il désigne comme un des porte-paroles. Un autre maître serrurier, Gérard, cite également Jean Brasseur comme « président » de ce mouvement pour la réduction de la durée du travail, avec Antoine Philippart. L’audition des prévenus et des témoins a lieu les 20, 21 23 et 24 mai 1856.

Le 26 juillet 1856, Martin Féront, Jean Brasseur et Joachim Allard sont condamnés, en vertu de l’article 415 du Code pénal, chacun à cinq jours de prison, à dix francs d’amende et solidairement aux frais.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article150978, notice BRASSEUR Jean. par Jean Neuville, version mise en ligne le 10 décembre 2013, dernière modification le 28 décembre 2019.

Par Jean Neuville

SOURCE : BAYER-LOTHE J., Documents relatifs au mouvement ouvrier dans la province de Namur au XIXe siècle, 1ère partie : 1794-1848, Louvain-Paris, 1967, p. 32-40 (Cahiers du Centre interuniversitaire d’histoire contemporaine, 45).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable