GOURAUD Alphonse, Armand, Désiré

Par Jean-Pierre Besse, Delphine Leneveu, Michel Thébault

Né le 22 décembre 1903 à Saint-Michel-en-l’Herm (Vendée), fusillé après condamnation à mort le 6 février 1942 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; cultivateur ; résistant.

Alphonse Gouraud était le fils de Benjamin, Auguste, Désiré Gouraud âgé de 40 ans à sa naissance, cultivateur et de Joséphine, Marie, Louise Roulet âgée de 27 ans à sa naissance. Il se maria à Saint Michel-en-l’Herm le 29 août 1925 avec Léontine, Gabrielle, Marceline, Malvina Trouvé (née le 20 septembre 1904). Le couple eut trois enfants, Michel né en 1926, Jean en 1929 et Pierrette née en 1931. Au recensement de 1936 la famille résidait au bourg de Saint-Michel-en-L’Herm, rue du Calvaire. Au début des années 40, Alphonse Gouraud était toujours domicilié à Saint Michel-en-l’Herm où il exerçait la profession de cultivateur.

Alphonse Gouraud fut arrêté à la suite d’une dénonciation, le 25 juillet 1941, par les autorités allemandes pour avoir, avec Fernand Neau, secouru deux aviateurs anglais dont l’avion, revenant de bombarder La Pallice (Charente-Inférieure, Charente-Maritime), s’était écrasé à la pointe de l’Aiguillon-sur-Mer (Vendée). Les deux aviateurs avaient été récupérés par le fils de Fernand Neau avant d’être transportés, soignés et hébergés. Il semble qu’Alphonse Gouraud ait fait partie avec Fernand Neau d’un réseau d’évasion des aviateurs alliés, mais sans certitude sur le nom du réseau. Tandis que les deux aviateurs britanniques étaient transférés dans un camp de prisonniers de guerre en Allemagne, Alphonse Gouraud et Fernand Neau furent internés à la prison du Cherche-Midi (Paris, VIe arr.) puis certainement à Fresnes (Seine, Val-de-Marne). Condamnés à mort par le tribunal militaire de la Luftwaffe de Paris le 11 novembre 1941, ils ont été fusillés au Mont-Valérien le 6 février 1942.
Alphonse Gouraud fut inhumé au cimetière parisien d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne) le 6 février 1942 division 39, ligne 1, n°14 puis transféré le 7 mars 2012 à Saint-Michel-de-l’Herm.
Alphonse Gouraud obtint la mention mort pour la France le 14 mars 1945.
Son nom est inscrit sur le mémorial de la prison du Cherche-Midi de Paris, installé à l’entrée du cimetière de Créteil (Val-de-Marne) après la destruction de la prison, sur la cloche du Mémorial de la France combattante au Mont-Valérien et sur le monument aux morts de Saint-Michel-en-l’Herm. Le nom d’Alphonse Gouraud figure également sur une stèle située près de la Grande Jetée, à la pointe de l’Aiguillon-sur-Mer (Vendée) avec l’inscription : « Hommage aux patriotes vendéens qui ont payé de leur vie, l’aide aux parachutistes anglais ». Cette stèle est placée à côté de celle des aviateurs anglais abattus le 24 juillet 1941.

Son épouse Gabrielle Gouraud arrêtée vraisemblablement avec son mari mourut le 17 juin 1942 à l’hôpital-hospice de Luçon (Vendée) à la suite des mauvais traitements subis lors de son internement à la Kommandantur de Fontenay-le-Comte (Vendée). Elle n’apprit pas la mort de son mari et ce fut sa fille Pierrette qui, alors qu’elle n’avait que 9 ans, reçut et dut ouvrir le colis contenant la lettre d’adieu et les effets tachés de sang de son père.

Voir Mont-Valérien, Suresnes (Hauts-de-Seine)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article151036, notice GOURAUD Alphonse, Armand, Désiré par Jean-Pierre Besse, Delphine Leneveu, Michel Thébault, version mise en ligne le 12 décembre 2013, dernière modification le 30 mai 2022.

Par Jean-Pierre Besse, Delphine Leneveu, Michel Thébault

SOURCES : Arch. Dép. 85 (Etat civil en ligne, recensements) — SHD AVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). — Journal Ouest-France (date inconnue) — Journal L’Est Républicain 11 mars 2012 70 ans après, un fusillé du Mont Valérien retrouve sa terre vendéenne — Site Internet Mémoire des Hommes. — MémorialGenWeb. — Répertoire des fusillés inhumés au cimetière parisien d’Ivry.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément