PRIGENT Étiennette [née RILLIOT Étiennette, Céline, Cécile]

Par Alain Prigent, François Prigent

Née le 26 juillet 1922 à Levallois-Perret (Seine, Hauts-de-Seine), morte le 25 février 2016 à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) ; institutrice ; militante de l’UFF et du PCF des Côtes-du-Nord (Côtes d’Armor).

Etiennette Riollot était la fille de surveillants des hôpitaux qui finirent leur carrière à Saint-Brieuc. Son père Jules, Léon Rilliot, né le 15 janvier 1881 à Brecey (Manche), originaire du Nord engagé politiquement à Paris en 1908. Sa mère Marie Lucas, née le 24 octobre 1889 à Guingamp. Etiennette Rilliot se maria avec Edouard Prigent le 25 février 1945 à Boutteville (Manche).

Elle fit ses études au cours complémentaire Berthelot à Saint-Brieuc avec Yvette, la fille de Yves Flouriot, responsable de la CGT et du PC. Elle assista à la perquisition effectuée par la police le lendemain du décès de Flouriot : la chambre du défunt fut selon son témoignage fouillée. Elle fréquenta l’EPS de Lamballe (1940-1943) où elle obtint son baccalauréat. Après son mariage avec Edouard Prigent le 25 février 1945 à Boutteville (Manche), elle devint institutrice dans la Manche.

Mère de cinq enfants, elle abandonna son métier lors du retour de la famille dans les Côtes-du-Nord. Son époux, professeur de lettres, était l’un des dirigeants les plus en vue du PCF à Saint-Brieuc. Etiennette Prigent fut une dirigeante les plus actives de l’UFF (Union des femmes de France). Elle joua également un rôle majeur dans l’organisation de la solidarité pour la libération des « 10 de Saint-Brieuc ». Arrêtée en juin 1952 lors de la manifestation contre la venue de Ridgway, elle fut rapidement relâchée. Adhérente du PCF, elle se rapprocha de la Renaissance communiste en 1999, mouvement de dissidence communiste initié à Saint-Brieuc par Jacques Coignard, ancien secrétaire de la fédération.

Christian Prigent, son fils aîné, poète, est né à Saint-Brieuc le 12 septembre 1945.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article151093, notice PRIGENT Étiennette [née RILLIOT Étiennette, Céline, Cécile] par Alain Prigent, François Prigent, version mise en ligne le 13 décembre 2013, dernière modification le 19 novembre 2021.

Par Alain Prigent, François Prigent

SOURCES : Arch. dép. Côtes d’Armor 3M92 et 20W42 (Listes électorales Saint-Brieuc 1939 et 1945) ; 1043W38 (manifestations de juin 1952). —Ouest-Matin, quotidien édité par les fédérations du PCF de l’Ouest (1948-1956). —François Prigent, « Les femmes dans les milieux de gauche (syndicats et partis) dans les Côtes-du-Nord de la Libération aux années 1968 : prosopographie, réseaux, militances », in Sens Public, mai 2009, Actes du colloque européen de Lyon (28-29 mars 2007), Les femmes dans l’action militante, syndicale et revendicative de 1945 à nos jours. —Jacques Thouroude, Ouest-Matin, un quotidien dans la guerre froide (1948-1956), Editions Apogée, 2006. —Entretien en janvier 1999.

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément