RAUX Georges, Robert

Par Jean-Pierre Besse

Né le 14 mai 1925 au Creusot (Saône-et-Loire), exécuté dans la nuit du 14 au 15 février 1944 à Saint-Étienne (Loire) ; ajusteur ; résistant Francs tireurs et partisans (FTP).

Ajusteur à la société des forges et ateliers du Creusot, Georges Raux fut désigné en juin 1942 pour aller travailler dans une annexe de cette entreprise à Saint-Étienne, il était domicilié dans un garni rue de la Croix.

Résistant FTP depuis février 1943, il fut arrêté le 13 janvier 1944 à Saint Étienne par la police française au cours d’une opération, place Carnot, et après une vive fusillade qui opposa la police et la Milice d’une part aux FTP d’autre part. Blessé, il fut incarcéré à l’infirmerie de la prison Bellevue de Saint-Étienne. Il fut remis le 8 février aux Allemands et torturé.

Avec quatre de ses camarades, Michel Lauricella, Alexandre Ochshorn, Adone Zingoni et Wazil Kowal, il fut exécuté dans la nuit du 14 au 15 février 1944, boulevard Jules Janin à Saint-Étienne.

Les circonstances, les auteurs de cette exécution, de même que le devenir de ces hommes entre leur arrestation et leur exécution sont difficiles à connaître. Selon la préfecture de la Loire, il était détenu dans la prison de Saint Étienne sous l’autorité allemande et devait être traduit devant la cour spéciale.

La plaque apposée 57 boulevard Janin, non loin de l’endroit où ils furent tués rappelle qu’ils furent victimes « des nazis et de leurs complices ». Le sous directeur de la maison d’arrêt de Saint-Étienne écrivait, dans un document de janvier 1945, qu’ils furent passés par les armes sous le prétexte qu’ils avaient tenté de fuir. Le commissaire de police du Ve arr. de Saint-Étienne dans un rapport du 19 juin 1945 mentionnait qu’ils ont été conduits dans une voiture de la police allemande sur le boulevard Jules Janin et que ce sont des Allemands qui sont venus les chercher dans cet établissement pour les fusiller.

Georges Raux a été inhumé dans le carré militaire du cimetière de Saint-Laurent au Creusot où son nom est inscrit sur le monument aux morts.

Il fut homologué interné résistant en 1954.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article151189, notice RAUX Georges, Robert par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 18 décembre 2013, dernière modification le 12 février 2018.

Par Jean-Pierre Besse

SOURCES : DAVCC, Caen, dossier 21 P 269187. — ANACR-Loire, Mémorial de la Résistance Loire, 1992.— MémorialGenweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément