BEN ABDALLAH Mohamed ou BEN MOHAMMED Abdallah [Dictionnaire Algérie]

Par René Gallissot

Sous ce nom, un ou deux militants ouvriers émigrés dans le Nord-Pas-de-Calais (France), syndicalistes CGTU et communistes.

Abdallah et Mohamed sont des prénoms courants et l’inversion entre nom et prénom est fréquente ; les transcriptions dans les rapports de police ajoutent encore à la confusion. Aussi les informations concernant l’ouvrier typographe de Bône (Annaba) qui est aussi longuement responsable du syndicat CGTU des dockers sont rassemblées à Abdllah* car il était généralement connu sous ce nom.

contre il est difficile de décider à partir des fiches de police, s’il existe deux militants différents dans l’immigration nord africaine en 1925, ou si c’est le même qui est appelé Ben Mohammed Abdallah par les services du ministère de l’intérieur et Ben Abdallah Mohammed par la Préfecture de police de Paris.
Abdallah Ben Mohammed est mineur à la fosse 6 de Bruay dans les charbonnages du Pas de Calais et habite dans cette ville au 15 rue d’Houdain quand il est fiché comme communiste pour sa participation comme délégué au Congrès ouvrier nord-africain organisé en avril 1925 par la CGTU pour les travailleurs nord-africains des mines du Nord et du Pas de Calais.
Or le parti communiste a distingué parmi les travailleurs nord-africains, un jeune militant pour suivre l’école du parti pour la main-d’œuvre coloniale à Bobigny au nord de Paris ; celui-ci suit les cours en février 1925 en étant inscrit sous le nom de Mohamed Benabdallah. Pour la préfecture de police, Mohamed Benabdallah participe au congrès ouvrier nord-africain réuni par la CGTU les 4 et 5 juillet 1925 à Paris ; il est donné pour délégué du service municipal des eaux d’Ivry qui est une municipalité communiste au sud de Paris, ce qui n’est peut-être qu’une couverture.

Ces congrès ouvriers nord-africains étaient organisés par la CGTU en faisant agir l’Union intercoloniale impulsée par les communistes pour gagner la “main-d’œuvre coloniale” comme on dit à l’époque. Ces rassemblements participent à la campagne contre la guerre du Rif et de Syrie et servent au développement de la section nord-africaine de l’Union intercoloniale qui donnera naissance à l’Étoile nords-africaine en 1926.

Par la suite, la Préfecture de police de Paris consulte le Gouvernement général de l’Algérie sur la demande de passeport au nom de Mohammed Ben Abdallah, vraisemblablement pour aller suivre les cours de l’École d’Orient à Moscou ; la réponse sera négative par confusion avec Abdallah* de Bône.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article151507, notice BEN ABDALLAH Mohamed ou BEN MOHAMMED Abdallah [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 25 décembre 2013, dernière modification le 8 septembre 2020.

Par René Gallissot

SOURCES : Arch. Nationales de France, Paris, F.7 13130, 13170 et 13413. — Arch. d’Outre-mer, Paris, SLOTFOM, série 3, carton 63. — Arch. de la Préfecture de Police de Paris, Ba 1326.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément