BENICHOU Roger [Dictionnaire Algérie]

Par René Gallissot

D’une famille communiste d’Oran, mari de Gaby Gimenez*, haute figure du PCA, participant à la filière de Tlemcen de soutien communiste à la lutte de libération ; arrêté en septembre 1956, expulsé vers la France après avoir été interné dans des camps.

Plus encore qu’à Tlemcen, les Benichou d’Oran composent des familles juives de fond berbère judaïsé plutôt qu’andalou, de rang social très divers de négociants et de professions libérales comme d’artisans et de commerçants boutiquiers et de prolétaires. Les parents de Paul Benichou tenaient une épicerie dans le quartier juif, famille nombreuse de 10 enfants, 3 filles et 7 garçons « qui militent comme toute la famille au PCA ». Une cousine, Colette Chouraqui épouse le journaliste d’Alger Républicain, Boualem Khalfa* ; une sœur, Gilberte, est mariée avec le dirigeant communiste oranais puis secrétaire à l’organisation du PCA Paul Caballero*.

Le 25 octobre 1955, Roger Benichou, alors simple employé, épouse Gaby Gimenez* (ou Jimenez) qui a été une des responsables communistes de l’Union des femmes à Oran et qui revient de France après des soins très lourds d’une rechute de tuberculose. Arrêtée en 1941 pour l’action clandestine du PCA sous Vichy, -elle avait été appelée d’Oran à Alger au service du parti-, Gaby Gimenez avait subi la torture sous le regard d’André Achiary* au Commissariat central d’Alger. Or alors que l’inusrrection a bientôt an an, le PCA est à nouveau interdit en septembre 1955 ; Roger Benichou comme Gaby Gimenez participent à la formation du réseau communiste des Combattants de la libération, faisant passer quelques armes venant du camion détourné de l’aspirant Maillot* vers Tlemcen ; ce que le dossier de police appellera la filière de Tlemcen.

Ces communistes oranais sont arrêtés en septembre 1956, plus ou moins maltraités dans les « caves du trésor d’Oran » (sous-sol du Trésor public). Paul Benichou est ensuite interné au camp de Saint-Leu (Bithioua). Comme il souffre d’un ulcère hémorragique de l’estomac, il est libéré pour être expulsé vers la France. Il va s’installer chez sa sœur Gilberte Caballero déjà expulsée auparavant lors de son arrestation. L’Association communiste des anciens déportés (PCF) lui trouve un travail et un appartement ; il peut alors faire venir les deux jeunes enfants du couple. Gaby Gimenez ne sortira que tardivement en 1962 de la prison de Rennes où elle avait été transférée.
En septembre 1962, elle retourne vivre en Algérie avec son mari et les enfants. Roger Benichou retrouve un emploi à la direction à Oran de la Compagnie des ascenseurs Roux-Combaluzier.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article151565, notice BENICHOU Roger [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 26 décembre 2013, dernière modification le 18 novembre 2020.

Par René Gallissot

SOURCE : Témoignages de J. Carmona* et G. Gimenez dans A. Dore-Audibert, Des Françaises d’Algérie dans la guerre de libération. Karthala, Paris 1995.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément