BOUCHEBOUBA Ramdane [Dictionnaire Algérie]

Par Amar Benamrouche

Né le 8 avril 1924 à l’Alma (Boudouaou), militant du PPA-MTLD, membre de Commission centrale des Affaires sociales et syndicales, passé à la Fédération de France du FLN et emprisonné ; après décapitation de l’UGTA à l’indépendance, secrétaire général de la fédération nationale des travailleurs de la terre en 1964, puis Commissaire à la réforme agraire pour la wilaya de Chlef, et directeur de l’Office national de la commercialisation des vins (ONCV).

Issu d’une famille paysanne, après l’obtention du certificat d’études primaires, Ramdane Bouchebouba commence à travailler dans une boulangerie. C’est en 1943-1944 qu’il adhère au Parti du peuple algérien. Emprisonné quelque temps en 1947, il entre ensuite à la Commission centrale des Affaires sociales et syndicales que vient de créer le MTLD autour de Idir Aïssat*. Il s’agit de coordonner l’implantation des cellules du PPA-MTLD dans les établissements et entreprises où il y a une présence de militants nationalistes. Les mines de l’Ouenza, le port de pêche de Nemours (Beni-Saf), des exploitations agricoles de l’Oranie (Aïn-Témouchent notamment) et de la Mitidja, de Bône (Annaba) et de Philippeville (Skikda) seront à partir de 1949 autant d’endroits ciblés confiés à ce militant.

La perspective est de créer une centrale nationale en sortant de la CGT ; ce sera en 1956 seulement : l’UGTA face à l’USTA messalite. Ramdane Bouchebouba fait partie du noyau dur de ce projet même si son nom n’apparaît pas parmi ceux des fondateurs en février 1956. Prévenant ou échappant à la répression, il part en France passant au service de la Fédération de France du FLN. Arrêté à Paris, il est emprisonné à la Santé et fait une grève de la faim de 13 jours pour revendiquer le statut de prisonnier politique.

Libéré en 1962, il rentre en Algérie. Il reprend l’activité syndicale dans le secteur de l’agriculture. En janvier 1963, au congrès à Alger de l’UGTA qui se voit décapitée et dotée d’une direction imposée, Ramdane Bouchebouba au titre du syndicat des ouvriers agricoles de la région d’El-Asnam (Chlef), devient membre de la Commission exécutive nationale.

Secrétaire général de la fédération nationale des travailleurs de la terre (FNTT) organisée en 1964 par le ministre de l’agriculture Ahmed Mahsas pour domestiquer l’autogestion, il sera nommé successivement Commissaire à la réforme agraire pour la wilaya de Chlef et directeur de l’Office national de la commercialisation des vins (ONCV) qu’il quitte à son départ en France où il vit depuis 1973.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article151693, notice BOUCHEBOUBA Ramdane [Dictionnaire Algérie] par Amar Benamrouche, version mise en ligne le 30 décembre 2013, dernière modification le 8 septembre 2015.

Par Amar Benamrouche

SOURCES  : Témoignage de R. Bouchebouba recueilli par M. Farès*. — Achour Cheurfi, La classe politique algérienne de 1900 à nos jours, dictionnaire biographique. Casbah-éditions, 2001.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément