BOUZERAR Saïd [Dictionnaire Algérie]

Par René Gallissot

Né le 14 novembre 1903 à Touja (ancien dép. de Constantine), émigré en France et en Belgique ; de retour à Alger en 1930, traminot, syndicaliste et militant de l’ENA puis du PPA ; organisateur du défilé du 1er Mai 1945 ; élu MTLD, adjoint au maire d’Hussein-Dey en 1947 ; responsable du MNA, parti de Messali ; à sa création en février 1956, trésorier du syndicat USTA.

Né dans une famille paysanne, à vingt ans, Saïd Bouzerar part travailler à Paris ; il est employé dans une société de transports. En 1924, pour échapper au service militaire au temps de la guerre du Rif, il se réfugie en Belgique. Rentré en France clandestinement, il est arrêté par la gendarmerie française dans la région de Lyon en 1928. Il gagne Alger en 1930.

Il travaille alors à la compagnie des Chemins de fer sur route et milite au syndicat CGTU des traminots. En 1932, il prend part à la mise en place à Alger de l’ENA qui est prise en main à Paris par Messali. Ces débuts d’implantation de l’ENA en Algérie vont court-circuiter la tentative de PNR impulsée sur base communiste par Si Ahmed Belarbi* (Boualem). Au moment du Front populaire, Saïd Bouzerar est cité comme président de la section des traminots membres de l’ENA devenue le parti de Messali.

En 1945, il est responsable du PPA pour Belcourt-Le Ruisseau-Kouba, quartiers de forte implantation de l’est d’Alger ; il est un des principaux organisateurs de la manifestation du 1er Mai déployant les drapeaux verts algériens dans les rues d’Alger ; c’est l’ouverture des affrontements y compris avec la CGT et le début de la répression et des « événements de mai 1945 ». Quand en 1947, le MTLD entre dans les conseils municipaux, élu, Saïd Bouzerar devient adjoint au maire d’Hussein-Dey.

En 1953 dans la crise du MTLD, il prend position contre le courant centraliste (du nom du Comité central) ; aussi entre-t-il dès sa création en décembre 1954 au MNA qui rassemble les fidèles de Messali. C’est lui qui dépose à la préfecture d’Alger les statuts et la déclaration de création de l’USTA le 14 février 1956 ; il en est le trésorier général. Arrêté quelque temps après, il est interné au camp de Saint-Leu dont il sort en 1958. Il demeure à Alger.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article151739, notice BOUZERAR Saïd [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 30 décembre 2013, dernière modification le 30 décembre 2013.

Par René Gallissot

SOURCES  : La Voix des travailleurs algériens (USTA), juillet 1957. — Notes d’A. Taleb-Bendiab, Arch. de la Wilaya d’Alger. — Entretien et témoignages recueillis par B. Stora, Dictionnaire biographique des militants nationalistes algériens, op.cit. — Arch. Nat. France Outre-mer, Aix-en-Provence, ALG 91 3F/120, notes de Louis Botella.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément