BOVO Flavien [Dictionnaire Algérie]

Par René Gallissot

Instituteur communiste dans le Constantinois de 1926 à 1967 (directeur d’école), membre du bureau régional du PCA.

D’abord connu comme militant à la CGTU à partir de 1926, Flavien Bovo est instituteur dans la région de Tébessa. En 1934 il est administrateur du journal local Le Travail et déjà vraisemblablement adhérent communiste. En 1936 il devient trésorier du syndicat des instituteurs (SNI français) du département de Constantine (tout l’Est de l’Algérie). Après l’ouverture de la guerre en 1939 et l’interdiction du PCA, il est muté de Tébessa à Mila. Il n’est pas arrivé depuis deux mois qu’il est révoqué par le régime de Vichy, mais le maire de l’époque, un colon de gauche radical-socialiste, le récupère un temps comme employé de mairie. Le maire est bientôt remplacé ; Flavien Bovo est interné au camp de Djenien-Bou-Rezg dont il sort en 1943.

À son retour à Mila, aidé par Mahfoud Dif*, instituteur communiste et par le jeune syndicaliste et communiste Lakhdar Kaïdi*, Flavien Bovo met en place et une union locale de la CGT et la première cellule communiste de la ville. Pour l’écarter de Mila sous couvert de promotion comme directeur d’école, il est muté en 1945 à Constantine. En 1946, il fait partie du Bureau régional du PCA (ancien dép. de Constantine) ; il est candidat communiste à différentes élections. Il est encore sanctionné par une mutation semble-t-il vers une école d’El Milia (40 kms de Mila). Clandestin après l’interdiction du PCA, il le reste pendant toute la guerre de libération. Après l’indépendance Flavien Bovo est directeur d’école à la cité Ameziane à Constantine jusqu’en 1967.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article151743, notice BOVO Flavien [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 30 décembre 2013, dernière modification le 13 mars 2015.

Par René Gallissot

SOURCES  : Bulletin de la Fédération algérienne du SNI et Liberté, notes de L.-P.Montoy et A. Taleb-Bendiab. — N. Djabi, Kaïdi Lakhdar. Une histoire du syndicalisme algérien. Entretiens. Chihab-Editions, Alger, 2005.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément