FOURAY Louis, Alfred, Marius, Félix

Par Gilles Pichavant

Né le 9 septembre 1898 à Dieppe (Seine-Inférieure, Seine-Maritime, mort le 26 mai 1976 à Dieppe ; ajusteur, cheminot à Dieppe ; syndicaliste unitaire (CGTU) de Seine-Inférieure [Seine-Maritime], puis CGT ; communiste.

Fils de Louis Édouard Fouray, menuisier, puis chauffeur, et de Blanche Chirois, ménagère, Louis Fouray naquit rue Guerrier, dans le quartier populaire du Pollet à Dieppe, rue Tête-de-Bœuf. Mobilisé le 17 avril 1917, il fut libéré le 29 mai 1920. Il se maria le 26 juin à Dieppe, avec Amélie Maurice. En septembre, il entra comme ajusteur dans les chemins de fer de l’État, au dépôt de Dieppe.

En 1926 il était secrétaire général adjoint de l’Union locale CGTU de Dieppe dont Pierre Blot était secrétaire et Robert Arpajou, archiviste.

En juin 1927 il était secrétaire du syndicat unitaire des chemins de fer de Dieppe, avec comme adjoint Jean Baptiste Guionie ; trésorier étant Léon Lemonnier ; trésorier adjoint Henri Baïet ; archiviste étant Robert Arpajou. Le syndicat comptait 175 adhérents. Il était aussi membre de commission de contrôle de la cellule communiste des cheminots de Dieppe qui portait le numéro 71, et dont Henri Baïet était le secrétaire. Il fut réélu secrétaire général du syndicat unitaire des cheminots de Dieppe en 1929.

En 1929, il fut candidat aux élections municipales à Dieppe, en 11e position sur la liste du Bloc ouvrier et Paysan à Dieppe, présentée par le Parti communiste, dont Fernand Delaby était la tête de liste, et obtint 381 voix au 1er tour. Au second tour, il était 4e sur la liste conduite par Frenand Delaby, il obtint 198 voix et ne fut pas élu.

Le 25 février 1937 il fut élu ou réélu secrétaire administratif de la Section de Dieppe de la Fédération des travailleurs du chemin de fer.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article151909, notice FOURAY Louis, Alfred, Marius, Félix par Gilles Pichavant, version mise en ligne le 19 janvier 2014, dernière modification le 20 avril 2020.

Par Gilles Pichavant

SOURCES : Arch. Dép. Seine-Maritime, 3U 1/36 ; 1Z 255 (Archives de la sous-préfecture de Dieppe) ; Arch. Dép. 10 MP 1410 - AD 1 MP 587 ; registre matricule, classe 1918, cote 1R3456, N°1979. — Archives de l’Union locale de Dieppe (1934-1938) in les archives de la CGT à Montreuil. —Le Prolétaire Normand du 3 mai 1929. —La Vigie du 7 mai 1929. — État civil de Dieppe.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément