LESSEUR Michel

Par François Printanier

Né le 23 juillet 1932 à Boësses (Loiret) ; professeur de collège ; militant syndical et associatif.

Fils d’un couple d’instituteurs d’esprit socialiste et demeurés toujours fidèles au Syndicat national des instituteurs, Michel Lesseur fréquenta l’école primaire d’Aulnay la Rivière puis le collège moderne de Pithiviers, et entra en 1948 à l’Ecole normale d’instituteurs d’Orléans. À sa sortie, il enseigna à Orléans. En 1962, il obtint le CAP-CEG de lettres-histoire-géographie. En 1963 nommé au collège de l’Argonne, devenu Jean Rostand, il y resta jusqu’à sa retraite en 1988.

En 1955, Michel Lesseur épousa une institutrice, Marie-Louise Allaire. Ils eurent deux enfants.

Dès 1950 il adhéra au Parti communiste français. Appelé au service militaire en 1953, il réussit rapidement à se faire réformer sur la base d’un problème de santé et parce qu’on lui promettait d’être politiquement surveillé.

En 1956 et 1957, il fut le principal rédacteur de la page du Loiret de l‘Humanité dimanche. Il démissionna du PCF en 1959, en désaccord sur plusieurs points, en particulier l’alignement sur l’URSS, les relents du stalinisme et la « main mise du parti sur les syndicats ».

Il adhéra au Parti socialiste SFIO en 1965 puis au Parti socialiste, jusqu’en 1975. Il quitta le PS à la suite de son élection comme secrétaire du Comité départemental d’action laïque du Loiret, pour être au service d’une union la plus large possible, visant à l’alternance politique.

Délégué normalien au conseil syndical de la section départementale du SNI, il fut élu du courant « Unité et Action » jusqu’en 1958 et dans le même temps secrétaire cantonal d’Orléans de 1954 à 1957. Réélu secrétaire cantonal en 1959, il devint en 1962, pour une durée de 10 ans conseiller syndical au sein de la majorité « autonome » puis « Unité-Indépendance et Démocratie » dirigée par René Garreau. Il fut membre du bureau, chargé de l’action laïque.

Après avoir œuvré au succès de la pétition nationale laïque de 1961, il devint secrétaire du CDAL 45 et le restera pendant 30 ans. À ce titre, le 28 mars 1982, à Orléans, il fut la cheville ouvrière du colloque « Jean Zay et la politique scolaire du Front populaire » lors du centenaire de l’École publique recueillant à cette occasion le dernier message public de Pierre Mendès France.

Il fut aussi l’initiateur de la journée d’hommage à René Garreau le 13 avril 1991, à Châteauneuf sur Loire en présence de Clément Durand.

Michel Lesseur fut de ceux qui impulsèrent les actions pour la mémoire de Jean Zay, réalisant la première biographie du Ministre, publiée par le bulletin syndical du SNI du Loiret. Il fut l’un des fondateurs, en 1995, du Cercle Jean Zay d’Orléans, à vocation laïque, culturelle et citoyenne. Il le présida jusqu’en 2002 puis fut désigné Président d’honneur.

Pédagogue de l’histoire (parution de sa série « Personnages historiques du 20e siècle dans L’Ecole Libératrice), il fit participer ses élèves au concours de la Résistance et de la Déportation dont il devint membre du jury départemental. Il fut l’auteur de divers ouvrages et essais d’histoire, notamment sur Jean Zay et des résistants du Loiret (Pierre Ségelle, Claude Lemaître, Maurice Rebillon…).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article152486, notice LESSEUR Michel par François Printanier, version mise en ligne le 16 janvier 2014, dernière modification le 3 mai 2021.

Par François Printanier

SOURCES : Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément