LEFEBVRE André

Par Christian Lescureux

Né le 13 juin 1906 à Lens (Pas-de-Calais), fusillé le 8 septembre 1941 à Arras (Pas-de-Calais) ; métallurgiste ; militant communiste.

Domicilié à Hénin-Liétard (Pas-de-Calais), André Lefèbvre avait été particulièrement combatif lors des grèves de 1936. Marié, il était le père de deux enfants.
Il anima un des comités d’unité syndicale et d’action déjà fortement implantés dans le bassin minier à la veille de la grève générale de mai-juin 1941. Il réorganisa les Jeunesses communistes et devint l’un des principaux adjoints de Charles Debarge dès les premiers moments de l’Occupation.
Il tenta de miner un pont le 30 juin 1940, avec un matériel défectueux. Le 2 juillet avec Charles Debarge, il traversa le canal à la nage en pleine nuit pour saboter la centrale électrique de Courrières (Pas-de-Calais). Mais l’alerte fut donnée. Le 8 juillet, avec Charles Debarge et Marcel Delfly, il lança une grenade en direction des gendarmes qui les surprirent lors d’un sabotage de la voie ferrée Lens-Lille. Les 19 juillet et début août, il se livra aux sabotages de pylônes électriques. Mais Debarge, Delattre, Delfly et lui furent repérés et arrêtés le 6 août 1941, par la Feldgendarmerie de Lille. Charles Debarge parvint à s’échapper. André Lefèbvre et ses deux compagnons furent condamnés à mort par le conseil de guerre de l’OFK 670 d’Arras le 28 août 1941.
De la maison d’arrêt Saint-Nicaise à Arras, le jour de son exécution, André Lefèbvre fit parvenir par l’aumônier une dernière lettre à sa femme, ses parents et ses enfants.
Dans ses carnets Charles Debarge salua le courage de Alfred Delattre, Delfly et d’André Lefèbvre capturés avant lui et « qui ont montré aux Français la route à suivre » et il jura de les venger.
André Lefèbvre fut l’un des tout premiers fusillés dans les fossés de la citadelle d’Arras le 8 septembre 1941.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article152490, notice LEFEBVRE André par Christian Lescureux, version mise en ligne le 16 janvier 2014, dernière modification le 11 septembre 2020.

Par Christian Lescureux

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Jacques Estager, Ami, entends-tu, Paris, Messidor/Éd. Sociales, 1986. – J.-M. Fossier, Zone interdite, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément