NAUMER Gaby

Par Jean-François Lassagne

Né le 8 novembre 1932 à Metz (Moselle) ; ouvrier professionnel à la Manufacture des Tabacs ; militant syndical à la CGT ; délégué du personnel ; militant communiste ; secrétaire de la section de Metz ; membre du comité fédéral de Moselle (1961-1996), et du bureau fédéral ( 1965-1988) ; candidat aux élections municipales, cantonales et législatives ; membre du conseil départemental du Mouvement de la paix puis de l’Appel des Cent ; membre du Secours populaire.

Gaby Naumer en 1967
Gaby Naumer en 1967

Gaby Naumer naquit à Metz le 8 novembre 1932. Originaire de Neustadt, dans le Hardt en Rhénanie-Palatinat (Allemagne) où il avait vu le jour en 1842, son grand-père Conrad Naumer s’installa à Metz en 1870 au moment de l’annexion de l’Alsace-Lorraine. Ouvrier vigneron, il exerça son métier à Scy-Chazelles (Moselle) près de Metz, à une époque où la vigne fleurissait aux flancs des coteaux de la Moselle. Il épousa Barbe Richard, une messine née en 1847 et qui mourut en 1922, dix ans après son époux. De son côté, né en 1880 à Scy-Chazelles, leur fils Léon était un ouvrier maçon très cultivé qui épousa Germaine Hamann, une parisienne croyante qui avait vu le jour le 30 juin 1893 et qui vécut une partie de sa jeunesse à Berviller (Moselle) ; le couple eut deux enfants, Colette et Gaby Naumer. Léon Naumer mourut en 1968, et son épouse en janvier 1979.

Après l’école maternelle publique de Scy-Chazelles tenue par des religieuses, Gaby Naumer fréquenta l’école communale du village jusqu’à l’âge de sept ans, mais avec la guerre et la seconde annexion, il dut attendre la Libération pour reprendre à douze ans le chemin de l’école, et obtenir le certificat d’études primaires. À quatorze ans il entra en apprentissage aux Établissements Collin de Metz-Devant-les-Ponts et obtint le CAP de tourneur-fraiseur à dix-sept ans. Ses grandes qualités professionnelles lui valurent la médaille d’or dans sa catégorie à l’exposition artisanale de Metz en 1950.

Il décida de devancer l’appel, et partit durant deux ans au Maroc, au Train tout d’abord, puis à la police militaire pour finir au Matériel. Démobilisé en 1953, il occupa plusieurs emplois dans la construction mécanique et électrique à Metz. En 1956 il entra à la manufacture des tabacs de Metz où il fréquenta des militants de la CGT tels Armand Walk, ou encore Gaston Peronin, un ancien conseiller municipal communiste de Metz, qui lui fit découvrir l’Humanité et le communisme. C’est également en 1956 qu’il épousa à Montigny-Lès-Metz, Liliane Hosy originaire de Hayange (Moselle), et le couple eut une fille Evelyne elle-même membre du Parti communiste.

Dès 1957 Gaby Naumer s’engagea dans l’action politique contre la guerre d’Algérie et adhéra au Secours populaire. Il organisa la solidarité matérielle avec de jeunes prisonniers du refus, à la prison du Cambout à Metz, parmi lesquels Guy Fauré, le fils d’André Fauré* un résistant fusillé par les Allemands, et d’Alice Fauré* une militante de la CGT à la manufacture des tabacs de Pantin, ainsi que Michel Reyraud et Louis Guillermet. Avec d’autres, ces jeunes refusaient d’effectuer leur service militaire « sous les ordres de Speidel, un ancien nazi devenu général de l’OTAN ». Gaby Naumer organisa durant plusieurs mois des collectes auprès des ouvriers de la manu, pour offrir un repas par semaine à chacun des jeunes prisonniers, repas qu’il commandait chez un restaurateur de Metz. Par la suite, il prit davantage de responsabilités syndicales comme collaborateur du bureau syndical de la manufacture en 1968, puis devenu membre du bureau syndical il fut élu délégué du personnel de 1980 jusqu’à sa retraite en 1992.

Il adhéra au Parti communiste en 1959 en pleine guerre d’Algérie, à une époque où « il fallait renforcer le Parti pour sauver la République en danger de pouvoir personnel ». Jeune adhérent, il fut élu secrétaire de la section de Metz lors d’une conférence, et le demeura jusqu’en 1979. Il créa alors la cellule Marcel Cachin de la manufacture dont il fut le secrétaire, et mit en place la rédaction et la diffusion de son journal : Le Perlot. Gaby Naumer fut élu au comité fédéral de Moselle du Parti Communiste de 1961 à 1996, et au bureau de 1965 à 1988.

Il était également à l’origine d’un comité du Mouvement de la paix à la manufacture, qui s’engagea contre la guerre en Algérie, puis la guerre du Viêt-Nam, et pour le désarmement, dans cette riche période de militantisme. En 1961, il fut une première fois candidat communiste dans le canton de Metz I, et en 1967, arrivé en tête de la gauche pourtant majoritaire au premier tour, il ne put être élu au second contre le candidat de droite, malgré le désistement de la FGDS. Aux municipales de 1965 à Montigny-lès-Metz, il figura sur la liste menée par le cheminot communiste Jules Zeidel. Gaby Naumer fut aussi le candidat du Parti communiste aux législatives de 1962, 1967, 1968 et 1973 dans la circonscription de Metz II.

S’il revint antimilitariste de son service militaire, il ne le resta pas puisque par la suite la Fédération de Moselle lui confia la responsabilité du travail du parti en direction de l’armée, et c’est là, lors de réunions nationales avec des officiers supérieurs, qu’il côtoya Henri Rol-Tanguy avec lequel il se lia d’amitié.

Retraité en 1992, il participa au sein du bureau syndical des retraités de la manufacture au développement de l’activité et au renforcement des effectifs syndiqués, qui dépassaient la centaine en 2010. Il continua également d’œuvrer au sein de son parti auquel il vouait une grande reconnaissance : « c’est le parti qui m’a fait, je lui dois ce que je sais et ce que je suis » nous confiait-il.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article152581, notice NAUMER Gaby par Jean-François Lassagne, version mise en ligne le 19 janvier 2014, dernière modification le 15 janvier 2022.

Par Jean-François Lassagne

Gaby Naumer en 1967
Gaby Naumer en 1967

SOURCES : entretiens avec Gaby Naumer, le 16 novembre 2009, le 7 janvier 2010, consultation de ses archives personnelles.

ICONOGRAPHIE : photographies : collection personnelle de Gaby Naumer.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément