CLIN Maurice

Par Christian Lescureux, Delphine Leneveu

Né le 28 août 1923 à Noyelles-sous-Lens (Pas-de-Calais), fusillé le 27 octobre 1942 à Arras (Pas-de-Calais) ; mineur aux mines de Courrières ; militant communiste ; résistant et membre des FTPF.

Issu d’une famille de communistes, Maurice Clin, fils de Ernest Clin (houilleur) et Marie (ménagère), entra à quatorze ans dans les Jeunesses communistes. Sous l’Occupation, il continua d’adhérer à l’organisation clandestine du Parti communiste. Ses frères François et Ernest furent arrêtés simultanément. L’un d’eux fut interné par mesure administrative et détenu en Allemagne.
Le 1er mai 1942, Maurice Clin tenta, avec l’aide de son cousin Émile Lefebvre, d’appliquer le mot d’ordre de grève générale en s’opposant à la descente des ouvriers mineurs de la fosse 23 des Mines de Courrières à Noyelle.
Maurice Clin fut arrêté à Noyelles-sous-Lens par la police française de Sallaumines le 12 mai 1942 pour « activité communiste, sabotage et détention d’armes ». Incarcéré à Béthune puis Arras, il fut condamné à mort par le tribunal militaire allemand (OFK 670) d’Arras le 9 octobre 1942. Fusillé le 27 octobre 1942, Maurice Clin s’est marié, avant son exécution, le 20 octobre 1942 avec Jeanne, née Pouchain.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article152684, notice CLIN Maurice par Christian Lescureux, Delphine Leneveu, version mise en ligne le 5 février 2014, dernière modification le 29 septembre 2020.

Par Christian Lescureux, Delphine Leneveu

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – Arch. Dép. Pas-de-Calais, M 5022/2, 1 Z677. – Liberté, décembre 1944. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément