ANDRÉ Marcel, Joseph [Pseudonyme dans la Résistance : Antoine]

Par Roland Andréani, Thérèse Dumont, Jean-Marie Guillon, Gilles Morin

Né le 25 février 1900 à Enchastrayes (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence) ; fusillé le 18 juillet 1944 à Signes (Var) ; instituteur ; militant syndicaliste CGTU et socialiste SFIO des Basses-Alpes ; résistant, membre du mouvement Combat, puis des Mouvements unis de la Résistance (MUR), chef départemental de l’Armée secrète des Basses-Alpes, membre du Comité départemental de libération (CDL).

Fils unique de l’instituteur d’Enchastrayes, Théophile André qui avait épousé là le 21 août 1889, Marie Hermance Arnaud, née dans la commune, alors cultivatrice sur l’exploitation paternelle, puis sans profession, Marcel André perdit sa mère avant d’atteindre sa majorité. Élève en Avignon, de l’école normale commune aux départements de Vaucluse et des Basses-Alpes, il fut après le service militaire dans l’infanterie du 6 octobre 1920 au 26 septembre 1922, instituteur dans le Nord. Il s’y maria à Fourmies le 6 septembre 1924, une union qui n’allait pas durer : revenu dans les Basses-Alpes, il s’y remaria en juin 1928 à Saint-Maime, avec Lucienne Crest, institutrice native de ce village. En mars 1931, le couple était établi à Vachères, au Sud-Ouest du département. C’est cette année-là que Marcel André, adhérent du Syndicat de l’Enseignement laïque (CGTU), membre du conseil syndical, et collaborateur de l’Émancipation sous le pseudonyme « Marc », devint secrétaire de la section départementale. Après la fusion avec le Syndicat national des Instituteurs (CGT), il appartint au courant des « Amis de l’École émancipée ». Le ménage était alors installé en 1936 à Villeneuve, commune voisine de Saint-Maime. Dans la fédération socialiste des Basses-Alpes, Marcel André, membre de la commission des conflits et en 1938, secrétaire adjoint aux côtés du secrétaire Victor Gérard, partageait l’orientation paulfauriste et anticommuniste de la majorité. Le pacifiste, mobilisé comme sous-officier du train du 30 août 1939 au 18 juillet 1940, fut suspect au régime de Vichy.

Proche de Martin-Bret, il s’engagea très tôt, avec lui, dans la Résistance, d’abord au mouvement Combat, puis aux MUR. Chef du secteur MUR/AS de Forcalquier (Basses-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence), il devint chef départemental de l’AS et le fidèle adjoint de Louis Martin-Bret, chef départemental des MUR. À ce titre, il participa aux réunions sur la fusion entre l’AS et l’Organisation de Résistance de l’Armée (ORA) en décembre 1943, tout comme à la réunion de mai 1944 à Oraison qui fut le premier contact « officiel » entre les communistes et Martin-Bret. Il aurait assuré la liaison des MUR avec René Char, responsable de la Section atterrissages et parachutages (SAP) dans le secteur.

Il fut membre du CDL des Basses-Alpes au titre de la Confédération générale du travail (CGT) après accord avec le syndicaliste unitaire Cyrille Rouit (Blanchard). Il fut arrêté avec les autres membres du CDL des Basses-Alpes à Oraison le 16 juillet 1944 par l’armée allemande et ses auxiliaires de la 8e compagnie Brandebourg, guidé par les hommes de la Sipo-SD de Marseille (Bouches-du-Rhône). Emprisonné à la prison des Baumettes à Marseille, il a été fusillé avec vingt-huit autres résistants, après un jugement sommaire sur place, le 18 juillet, au fond d’un vallon isolé, dans les bois de Signes. D’après Ernst Dunker (Delage), l’un des responsables de la section IV de la Sipo-SD de Marseille, le jugement aurait été prononcé par la cour martiale de la 244e Division d’infanterie.

Les corps furent exhumés le 17 septembre 1944. Un monument funéraire a été inauguré le 18 juillet 1946 dans ce lieu, connu désormais comme le « Vallon des fusillés » et devenu nécropole nationale en 1996. D’autre part, un monument à Oraison rappelle l’arrestation du 16 juillet. En outre, une plaque à son souvenir, avec sa photographie, a été apposée dans la salle de cours de l’école primaire de Sigonce peu après la Libération, ainsi qu’une plaque dans le hall du collège de Seyne-les-Alpes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article152752, notice ANDRÉ Marcel, Joseph [Pseudonyme dans la Résistance : Antoine] par Roland Andréani, Thérèse Dumont, Jean-Marie Guillon, Gilles Morin, version mise en ligne le 26 janvier 2014, dernière modification le 16 février 2021.

Par Roland Andréani, Thérèse Dumont, Jean-Marie Guillon, Gilles Morin

SOURCES : Arch. Dép. Alpes-de-Haute-Provence, état civil ; registre matricule, classe 1920, n° 1 ; 6 M 092, recensement d’Enchastrayes, 1906, f. 4 ; 6 M 182, recensement de Vachères, 1931, f. 2 ; 6 M 189, recensement de Villeneuve, 1936, f. 2. — SHAT 13P53, Journal de marche du commandant Chaumont, chef départemental de l’ORA. – Presse locale (Le Travailleur des Alpes, 17 juin 1939). – Nathalie Boyer, Le Front Populaire dans les Basses-Alpes 1934-1938, Université de Provence (Aix-Marseille I), maîtrise d’Histoire, 1997. – Jean Garcin, De l’armistice à la Libération dans les Alpes-de-Haute-Provence 17 juin 1940-20 août 1944, Digne, 1983. – Mémorial de la Résistance et des combats de la Seconde Guerre Mondiale dans les Basses-Alpes, Digne, secrétariat aux Anciens Combattants–CDIHP, 1992. – Nicolas Pagnier, Le Parti socialiste dans les Basses-Alpes de la Libération au congrès d’Épinay, Université de Provence (Aix-Marseille I), maîtrise d’Histoire, 1999. – Jean Vial, Un de l’AS bas-alpine. Souvenirs d’un résistant, Marseille, imprimerie Villard, 1947. – Notes Jean-Pierre Besse. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément