LOUYS Émile, Gabriel

Par Daniel Grason

Né le 14 décembre 1885 à Villemomble (Seine, Seine-Saint-Denis), fusillé après condamnation le 27 octobre 1942 au stand de tir du ministère de l’Air à Paris (XVe arr.) ; commis principal des contributions indirectes ; résistant du réseau la Vérité française affilié au réseau du Musée de l’Homme.

Fils d’Hippolyte, serrurier, et de Louise, née Guignet, sans profession, Émile Louys épousa le 28 septembre 1909 Marguerite Lacroix en mairie de Villemomble (Seine, Seine-Saint-Denis), puis se remaria le 27 avril 1930 avec Anna Percevault en mairie de Soissons (Aisne). Père de trois enfants, il demeurait 9 rue Clovis à Soissons. Émile Louis avait participé à la Première Guerre mondiale et obtenu la Croix de guerre.
Capitaine affecté au ministère de l’Armement, il organisa le repli du personnel des usines d’armement. Membre du Bureau central de renseignement et d’action (BCRA), il était avec Daniel Douay dans le réseau la Vérité française, rattaché en 1941 au réseau du Musée de l’Homme (Paul Hauet, Boris Vildé). Il mit sur pied le groupe de Soissons, dont les réunions se tenaient à son domicile. Il écrivait et distribuait les tracts de l’organisation, gérait le stock d’armes.
La Feldgendarmerie de Soissons l’arrêta le 25 novembre 1941. Il fut emprisonné à la caserne Charpentier, puis transféré à la prison de Fresnes. À l’origine de l’arrestation de tous les membres du réseau, un agent double Jacques Désoubrie (responsable de centaines d’arrestations, condamné à mort le 20 juillet 1949, fusillé au fort de Montrouge le 20 décembre suivant). Émile Louys comparut le 30 mai devant le tribunal du commandement militaire allemand pour la France qui siégeait rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.) et fut condamné à mort pour « aide à l’ennemi, espionnage ».
Il fut passé par les armes le 27 octobre 1942 en compagnie d’autres membres du réseau : Jean De Launoy, Roland Coqueugniot, Pierre Stumm, Daniel Douay et Alfred Vogel. En mai 2011 la municipalité de Soissons inaugura le « Square Daniel Douay, Émile Louys, Alfred Vogel. Héros Soissonnais de la Résistance du Réseau Vérité française ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article152836, notice LOUYS Émile, Gabriel par Daniel Grason, version mise en ligne le 30 janvier 2014, dernière modification le 19 février 2021.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo., 1W 1310. – AVCC, Caen, Boîte 5 B VIII dossier 3 (Notes Thomas Pouty). – Adam Rayski, Au stand de tir. Le massacre des résistants. Paris 1942-1944, Éd. Mairie de Paris, 2006. – État civil, Villemomble. — Patrice Miannay, Dictionnaire des agents doubles dans la Résistance, Paris, Le Cherche Midi, 2005, biographie de Jacques Désoubrie, pp. 100-104.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément