CHATAIN René [Dictionnaire Algérie]

Par René Gallissot

Né à Fouka en 1923, mort en octobre 1991 ; psycho-technicien ; au PCA, dirigeant la région communiste de Bône (Annaba) puis de Constantine en 1952 ; en 1955-1956 à Alger auprès de la direction clandestine du PCA, envoyé au camp de Lodi en janvier 1957, puis expulsé en France pour raison de santé ; de retour à Alger à l’indépendance, fait citoyen algérien, quitte l’Algérie après le coup d’État de juin 1965.

Éveillé au communisme au temps du Front populaire et de la guerre d’Espagne par son frère aîné, Auguste Chatain* (ci-dessus), membre du PCA dès 1936, René Chatain est mobilisé dans l’armée d’Afrique du Nord pour la campagne de libération de la France en 1944-1945. Il est décoré de la Croix de guerre avec palme et de la Médaille des blessés. Démobilisé, il participe au mouvement des Jeunesses démocratiques qui tient notamment à partir de 1946, au-dessus de Blida, des rassemblements dénommés, la République de Chréa, voulant préfigurer la République algérienne aux origines mêlées.

Diplômé de l’Institut de psychotechnique et de biométrie d’Alger, René Chatain est psychotechnicien. À Bône en 1950, il est le secrétaire de la région communiste et rayonne dans le Constantinois. Le Parti communiste algérien en fait son candidat à différentes élections, notamment en 1951, pour les élections à l’Assemblée algérienne à Tébessa, dans le sud-Constantinois.

Marié en 1951 avec la professeure de philosophie du lycée de jeunes filles de Bône, Jocelyne Monteux (ci-dessus), communiste arrivant de France, il travaille ensuite à Constantine. Il est interdit du département de Constantine en juin 1955 pour « activité de nature à nuire à l’ordre public » ; les Chatain s’établissent alors à Alger. Participant aux activités clandestines du PCA qui s’emploie à mettre en place les groupes de Combattants de la libération, il est interné en janvier 1957 au camp de Lodi. En octobre 1957, il est hospitalisé et finalement expulsé sur la France en novembre.

Les Chatain font retour en Algérie à l’indépendance ; fait citoyen algérien, René Chatain est nommé directeur du Service psychotechnique d’Algérie ; il est chargé de l’installation des centres de formation à l’emploi. Quittant l’Algérie après le coup d’État de juin 1965, il exerce comme psychotechnicien à Paris, Amiens et finalement Toulon. Il vient en Algérie au titre du Secours populaire français, après le tremblement de terre de 1989, peu avant sa mort.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article152944, notice CHATAIN René [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 1er février 2014, dernière modification le 1er février 2014.

Par René Gallissot

SOURCE : Correspondance de Jocelyne Chatain, 2006.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément