FISCHER Marcel, Léon

Par Daniel Grason

Né le 1er août 1913 à Thann (Haut-Rhin), fusillé après condamnation le 21 octobre 1942 au stand de tir du ministère de l’Air à Paris (XVe arr.) ; magasinier ; résistant membre de l’Organisation spéciale, puis FTPF.

Fils d’Aloyse, dessinateur, et de Théobaldine, née Burselet, Marcel Fischer épousa Stéphanie Marzouk. Le couple eut un enfant et vivait 27 rue des Bateliers à Clichy-la-Garenne (Seine, Hauts-de-Seine). Sympathisant communiste, Marcel Fischer assista pendant la période du Front populaire à différentes initiatives politiques et festives au Parti communiste. Il travaillait comme magasinier aux usines Aviorex, près de chez lui, au 60 rue du Bois.
Le 20 avril 1942 vers 18 h 45, lors d’une filature de Paul Thierret par les policiers de la BS2, celui-ci fut vu en conversation avec Marcel Fischer et Édouard Larat dans des jardins situés près du pont de Clichy-la-Garenne à Asnières (Seine, Hauts-de-Seine).
Plusieurs inspecteurs de la BS2 interpellèrent Marcel Fischer le 16 mai 1942 à 8 heures du matin sur son lieu de travail pour « suspicions de menées terroristes ». Interrogé dans les locaux des Brigades spéciales, il déclara avoir refusé d’adhérer à l’organisation créée par le Parti communiste pour lutter contre l’occupation allemande et nia toute participation active.
Toutefois, il avait établi à la demande de Paul Thierret un plan de l’usine Aviorex où il travaillait. Le dessin fut trouvé sur le FTP Maurice Pellerin. Sur le plan était indiqué l’emplacement d’un dépôt de matières inflammables avec l’indication des moyens d’y accéder, figurait aussi l’emplacement des postes de garde. La préparation d’un projet de sabotage ne fit guère de doute pour les policiers. Marcel Fischer, membre de l’Organisation spéciale depuis janvier 1942, fut inculpé de « menées terroristes et complicité ».
Il comparut le 30 septembre 1942 devant le tribunal du Gross Paris qui siégeait rue Boissy-d’Anglas (VIIIe arr.), fut condamné à mort pour « menées terroristes » et exécuté le 21 octobre 1942 en compagnie d’autres membres de l’organisation dont : Paul Thierret, Gaston Carré, Raymond Losserand, Irénée Appéré...
Marcel Fischer fut inhumé dans le carré des fusillés du cimetière communal de Clichy-la-Garenne ; son nom figure sur le monument aux morts de la ville situé place de la République.
Son nom est gravé sur la plaque du ministère de la Défense à Paris XVème

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article153004, notice FISCHER Marcel, Léon par Daniel Grason, version mise en ligne le 2 février 2014, dernière modification le 27 octobre 2020.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo., BA 2117, BA 2299, KB 72. – DAVCC, Caen, Boîte 5 B VIII dossier 3 (Notes Thomas Pouty). – Mémorial GenWeb. – État civil, acte de décès, Paris (Ier arr.).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément