COQUARD Robert, Noël, Armand

Par Louis Botella

Né le 24 décembre 1926 à Villers-le-Lac (Doubs), mort le 3 octobre 1989 à Besançon (Doubs) ; ouvrier horloger ; syndicaliste CFTC du Doubs.

Fils de Marius Coquard, horloger, et de Marie Cécile Jeanbrun, sans profession, Robert Coquard, ouvrier horloger, appartenant au syndicat CFTC de l’Horlogerie de Besançon, fut élu, en juin 1951, membre du conseil de l’Union régionale CFTC de Franche-Comté. Il fut reconduit dans cette fonction lors du congrès suivant tenu en avril 1952.

À partir de 1953 et au-delà de mai 1955, il assumait la fonction de trésorier adjoint de cette union régionale.

Président (ou secrétaire général, selon une autre source) du syndicat CFTC de la Métallurgie et de l’Horlogerie de Besançon, Robert Coquard figurait à partir de 1954 au moins parmi les membres de la commission exécutive fédérale de la Fédération française horlogère des syndicats chrétiens, affiliée à la CFTC.

En 1955, il fut signalé comme étant secrétaire de l’Union régionale de Franche-Comté de cette fédération professionnelle.

En novembre de la même année, il figura sur la liste des candidats présentés par la CFTC lors de l’élection des membres du conseil d’administration de la caisse primaire de sécurité sociale de Besançon. Il fut élu et par la suite, il assumait pendant quelques années la présidence de cet organisme. Il était également, au titre de la CFTC, administrateur puis président de l’URSSAF (organisme de collecte des cotisations sociales).

En mai 1958, il fut élu ou réélu président de l’Union locale CFTC de Besançon. En mars 1960, il était trésorier général de cette UL, fonction qu’il assumait encore en mars de l’année suivante.

Au plan national, il fut élu, en décembre 1958, membre du bureau de la Fédération générale CFTC de la Métallurgie.

Entre 1963 et 1988, il assumait la fonction de responsable du service de la qualité des montres au CETHEOR (Centre technique de l’industrie horlogère), installé à Besançon. Au titre de cet organisme, Robert Coquard effectua un court séjour en URSS probablement en 1963.

Au cours de sa longue carrière professionnelle et syndicale, il assumait de très nombreux autres mandats : sous-directeur du Foyer des jeunes travailleurs de Besançon, conseiller prud’homal, administrateur de la SAIEMB (Sté anonyme immobilière d’économie mixte de Besançon) et du CRL (Comité régional du logement) …

Il eut également des responsabilités au niveau du mouvement catholique et diocésain.

Au plan politique, de sensibilité de centre gauche, il fut conseiller municipal délégué aux affaires sociales de Besançon lorsque Jean Minjoz en était le maire.

Il s’était marié le 28 avril 1950 à Besançon (Doubs) avec Monique Mille.

Il était le frère de Marcel Coquard et le cousin germain de Marie-Louise Chapot, tous deux militants de la CFTC dans cette profession.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article153036, notice COQUARD Robert, Noël, Armand par Louis Botella, version mise en ligne le 12 février 2014, dernière modification le 24 mai 2020.

Par Louis Botella

SOURCES : Arch. Dép. Doubs, 1911 W/ 9, dossier 1151, 1911 W/11, dossier 1219 ; 7 J 26 et 38 (Arch. de l’Union régionale CFTC de Franche-Comté). —Arch CFDT -Fonds de la Fédération générale de la Métallurgie (1913-1989). — Informations transmises en avril et mai 2020 par Fabienne Coquard, fille de Robert Coquard. — État civil.
Louis Botella

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément