DEAN Robert, André

Par Daniel Grason

Né le 6 novembre 1922 à Angers (Maine-et-Loire), fusillé le 5 octobre 1942 au stand de tir du ministère de l’Air à Paris (XVe arr.) ; étudiant ; communiste ; résistant membre du Front national pour la Libération et l’Indépendance de la France.

Fils de Joseph, employé de commerce, et de Germaine, née Greffier, sans profession, Robert Dean demeurait dans sa ville natale chez sa mère Germaine au 4 rue Louis de Romain. Il était étudiant en lettres et arts. Il adhéra au Front national de lutte pour la liberté et pour l’indépendance de la France le 15 septembre 1941. Louis Coulibeuf, militant communiste, fournissait en matériel de propagande des résistants dans une dizaine de départements de l’ouest de la France.
Arrêté le 25 novembre 1941 par des policiers de la BS1, la perquisition de la cave de Louis Coulibeuf fut très fructueuse. Outre cinquante kilogrammes de tracts, une liste d’une quinzaine de noms fut retrouvée, les contacts de Coulibeuf. Le 16 décembre 1941, des inspecteurs de la BS1 et des policiers de la 1re Brigade régionale de police mobile appréhendaient Robert Dean et sa mère.
Lors d’interrogatoires, il reconnut diffuser des tracts parmi les enseignants de la région angevine. Avec sa mère, ils assuraient la liaison avec Paris pour la réception du matériel de propagande qu’ils transmettaient aux responsables de la région.
Tous les deux furent livrés à la police de sécurité et Service de renseignements de la SS (Sipo-SD) au 11 rue des Saussaies à Paris (VIIIe arr.). Incarcérés à la prison de la Santé, Robert et Germaine Dean comparurent avec vingt-six autres inculpés devant le tribunal du Gross Paris qui siégea le 9 septembre 1942 à l’hôtel Continental.
Condamné à mort pour « aide à l’ennemi et propagande communiste », Robert Dean fut passé par les armes le 5 octobre 1942, il n’avait pas vingt ans. Son inhumation eut lieu au carré des corps restitués dans le cimetière de l’Est à Angers. Après la guerre, le ministère des Anciens Combattants reconnut Robert Dean comme combattant des Forces françaises de l’intérieur (FFI), et la ville d’Angers donna son nom à une rue de la ville.
Germaine Dean , modiste, née 5 janvier 1902 à Angers résistante Front Nationale fut déportée le 24 janvier 1942 à Lubeck, Ravensbruck puis Mauthausen d’où elle fut libérée le 22 avril 1945.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article153061, notice DEAN Robert, André par Daniel Grason, version mise en ligne le 4 février 2014, dernière modification le 1er janvier 2022.

Par Daniel Grason

SOURCES : Arch. PPo., 77W 193. – DAVCC, Caen, Boîte 5/B VIII dossier 3 (Notes Thomas Pouty). – Arch. Dép. Maine-et-Loire, 181 J 50 . — Mémorial GenWeb. – État civil, Angers.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément