BILLAUX Henri, Roger

Par Jean-Paul Nicolas

Né le 22 août 1916 à Notre-Dame-de-Bondeville (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), fusillé le 30 janvier 1942 au champ de tir du Madrillet, Grand-Quevilly (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; militant communiste.

Henri BILLAUX Phot.Coll. Alain Alexandre
Henri BILLAUX Phot.Coll. Alain Alexandre

Artisan maçon, Henri Billaux participa à la reconstitution du Parti communiste après son interdiction de l’automne 1939. Pendant l’Occupation, il était agent de liaison pour la création de groupes, transmettait aux résistants de la vallée du Cailly le matériel de propagande qui lui était confié par André Pican. Ce matériel était détenu par l’instituteur René Longé à Rouen qui assurait la répartition des tracts. Il assurait aussi les distributions de tracts, le collage des affiches et aurait participé au déraillement de Pavilly-Barentin le 19 octobre 1941. Il fut arrêté dans la nuit du 21 au 22 octobre 1941 lors de la rafle en milieu communiste qui frappa lourdement Rouen et tout le département de Seine-Inférieure. Environ 150 militants, fichés avant 1939, furent arrêtés par la police française. Incarcéré au palais de Justice de Rouen dont une partie était transformée en une prison allemande, il fut jugé le 20 janvier 1942 pour « activités communistes », par le tribunal militaire allemand de Rouen puis a été fusillé quelques jours après, le 30 janvier 1942. Avec lui, le même jour, Raymond Duflo, Fernand Dubuc, Charles Tierce et René Longé furent exécutés au champ de tir du Madrillet à Grand-Quevilly.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article153208, notice BILLAUX Henri, Roger par Jean-Paul Nicolas, version mise en ligne le 24 octobre 2014, dernière modification le 13 juin 2020.

Par Jean-Paul Nicolas

Henri BILLAUX Phot.Coll. Alain Alexandre
Henri BILLAUX Phot.Coll. Alain Alexandre

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Jean-Pierre Besse et Thomas Pouty). – Jean-Jacques Giffard, Le PCF de 1936 à 1945 dans la région rouennaise, mémoire de maîtrise, 1969-1970. – Hommage aux fusillés et aux massacrés de la Résistance en Seine-Maritime. 1940-1944, édité par l’Association départementale des familles de fusillés de la Résistance de Seine-Maritime. 1994. – Louis Eudier, Notre combat de classe et de patriote (1934-1945), Le Havre, Imprimerie Duboc, 1945.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément