DUBUC Fernand

Par Jean-Paul Nicolas

Né le 28 février 1910 à Notre-Dame-de-Bondeville (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), fusillé le 30 janvier 1942 au Madrillet, Grand-Quevilly (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; ouvrier ; militant communiste de Seine-Inférieure.

Fernand Dubuc effectua son service militaire d’avril 1931 à avril 1932. Mobilisé en septembre 1939, il fut démobilisé à Marmande en août 1940. Dès les premiers mois de l’occupation allemande, il participa à l’action de l’OS (Organisation spéciale), notamment lors du sabotage de la voie ferrée à Pavilly le 19 octobre 1941. Il fut arrêté dans la nuit du 21 au 22 octobre 1941 lors de la rafle en milieu communiste qui frappa lourdement Rouen et tout le département de Seine-Inférieure. Plus de 150 militants, fichés avant 1939, furent arrêtés par la police française. Il fut condamné à mort par le tribunal militaire allemand de Rouen (FK 517) le 20 janvier 1942 et fusillé aux côtés de René Longé, Raymond Duflo, Henri Billaux, Charles Tierce le 30 janvier 1942. À Notre-Dame-de-Bondeville, une rue portait les noms et prénoms des quatre fusillés du 30 janvier 1942 originaires de cette cité de la vallée du Cailly. René Longé, enseignant à Petit-Quevilly, ne figurait pas sur cette plaque de rue. En 2010, la ville a modernisé les plaques de rue ce qui a conduit à censurer purement et simplement les quatre noms et la date exacte de l’exécution. Avertis de cette anomalie en 2012, les services municipaux ont remplacé la plaque qui s’intitule depuis « rue des Fusillés-1942 », suivi de trois noms : Henri Billaux, Fernand Dubuc et Charles Tierce. Raymond Duflo, qui vivait dans la commune voisine de Maromme, ne figure plus sur cette plaque.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article153210, notice DUBUC Fernand par Jean-Paul Nicolas, version mise en ligne le 24 octobre 2014, dernière modification le 13 février 2021.

Par Jean-Paul Nicolas

SOURCES : Enquête à N.D.-de-Bondeville auprès d’Alain Alexandre, historien Vallée du Cailly. – Hommage aux fusillés et aux massacrés de la Résistance en Seine-Maritime, ouvrage de l’ADFFM de Seine-Maritime (1994). – Louis Eudier, Notre combat de classe et de patriote (1934-1945), Le Havre, Imprimerie Duboc.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément