DEPARTOUT Louis, Théophile

Par Gilles Pichavant

Né le 2 mai 1916 à Brest (Finistère), fusillé le 17 septembre 1943 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; électricien à l’Arsenal de Brest ; communiste, résistant, FTPF.

Louis Departout
Louis Departout
Sa photo p 275, dans Chronique d’une section communiste de province, d’Eugène Kerbaul,

Fils d’Aimé François Henri Departout et de Marguerite Le Menn, Louis Departout se maria le 21 juin 1937 au Faou (Finistère) avec Marie-Louise Courtois. Celle-ci décéda le 30 juin 1938, après la naissance d’une fille, Marie-Claude, née le 28 avril 1938 au Faou. Il se remaria le 6 janvier 1941 au Relecq-Kerhuon (Finistère), avec Louise Gabrielle Jézéquel, et eut deux filles nées au Relecq-Kerhuon : Denise, née le 13 novembre 1940, et Gabrielle, née le 19 janvier 1942. Celle-ci mourut le 28 avril 1945.
Louis Departout était ouvrier à l’Arsenal de Brest, où il exerçait le métier d’électricien. Comme tous les ouvriers de l’Arsenal habitant Kerhuon, il prenait le matin le train pour Brest à la gare du Rody, située à proximité de son domicile situé 7 rue Lamartine au Relecq-Kerhuon.
Il participa, sans être alors membre du Parti communiste, aux grèves patriotiques des ouvriers de l’Arsenal, le 25 octobre 1941, contre le massacre des otages de Châteaubriant, et en décembre de la même année contre l’exécution d’autres résistants. Louis Departout fut l’un des premiers FTP de la région brestoise, membre du groupe de Pierre Corre, Bataillon Guilloux, à la création des FTPF.
Le 26 mars 1942, d’après Eugène Kerbaul, Louis Departout participa à une grande opération de sabotage. La résistance communiste de l’Arsenal organisa un grand coup contre les installations électriques de l’Arsenal. Comme des ouvriers travaillaient de nuit à la centrale électrique, il fut décidé de ne pas s’y attaquer, et de détruire seulement les sous-stations. La Résistance ne disposant pas de cordons de Bickford, on testa, puis on utilisa de la mèche à briquet à essence. Neuf équipes furent constituées qui se répartirent les sites d’intervention. Avec Paul Monot et un troisième dont le nom a été oublié, Louis Departout fit sauter la sous-station de l’école de Maistrance. L’effet de ce sabotage fut considérable non seulement du point de vue de la paralysie partielle de l’Arsenal par privation d’électricité pour une part notable (certains secteurs de l’Arsenal furent privés d’électricité pendant cinq jours), mais aussi sur le personnel français et sur les militaires allemands.
Les polices française et allemande s’étant vite mobilisées, elles arrêtèrent en fin d’après-midi Lucien Kérouanton qui réussit à s’enfuir grâce à des complicités. Il sortit de l’Arsenal, ``couvert’’ par Louis Departout qui n’avait pas été repéré, et ne fut pas inquiété, sans doute parce qu’il n’avait jamais été membre du Parti communiste, ni un militant syndical de premier plan. D’après Eugène Kerbaul, Louis Departout adhéra ce jour-là au Parti communiste, en même temps que Joseph Ropars. Ils auraient dit à Lucien Kérouanton, car il était évident qu’il fallait qu’il quittât la région, ce qu’il fit : « Nous prenons ta place dans le parti. »
Louis Departout devint chef de groupe FTPF en mai 1942. Le 14 juillet 1942, pour la fête nationale, Louis Departout participa, sous la direction de Pierre Corre, en compagnie de Pierre Le Bec et Paul Le Gent, à une action de sabotage des machines de l’atelier des Bâtiments en fer de l’Arsenal, situé sous l’actuel pont de l’Harteloire. Des tours, la station de pompage hydraulique servant au vidage des bassins, qui servait aussi à fournir l’énergie aux presses et vérins servant au formatage des pièces les plus lourdes, furent sabotés à l’émeri. Les courroies de transmission, servant à apporter l’énergie aux tours Somua de l’atelier des machines, et aux autres machines-outils, furent coupées, les rendant inertes pendant plusieurs jours.
Louis Departout fut arrêté dans la nuit du 1er au 2 octobre 1942, sur dénonciation, par la police de Vichy, en même temps que seize autres militants FTP, dans le cadre d’une enquête confiée au Service de police anticommuniste (SPAC) qui s’échelonnera du 26 septembre 1942 à février 1943. D’abord répartis dans les trois commissariats de la ville, les prisonniers furent regroupés dans la matinée dans une cellule du commissariat de Saint-Martin. Pour leur transfert à la prison de Pontaniou, ils furent munis chacun de trois paires de menottes. L’une les maintenait les mains derrière le dos, et, à chaque poignet, une paire les reliait de part et d’autre à un gendarme. Mais, chose inhabituelle pour des « terroristes », les gendarmes les traitèrent avec beaucoup de correction pour les faire monter dans l’autocar qui les conduisait à la prison. Ils avaient tous mis des gants blancs. Lors de leur transfert au Château, le 5 octobre, les gendarmes furent, à nouveau, très corrects, en gants blancs, sous les ordres d’un officier.
Parmi les personnes arrêtées, il y avait Joseph Ropars, Albert Rannou, Eugène Lafleur, Yves Gilloux, Paul Monot, Henri Moreau*, fusillés au Mont-Valérien à Suresnes, et une vingtaine d’autres, toutes de Brest, dont Mathurin Le Gof, qui survécut, et devint conseiller municipal de Brest après la Libération. Celui-ci attesta en 1952 que Louis Departout avait « été arrêté le 2 octobre 1942 par la police de Vichy, puis interné avec moi, aux prisons de Pontaniou, et du Château de Brest, Jacques-Cartier à Rennes, et prison de Fresnes, où le 28 août 1943 nous fûmes jugés par le tribunal allemand ».
Louis Departout fut interné au Château de Brest, du 8 octobre 1942 au 28 janvier 1943, et y subit la torture. Il fut transféré à Rennes et interné à la prison Jacques-Cartier du 28 janvier au 28 juillet 1943. Il fut transféré à Fresnes et interné du 27 juillet au 17 septembre 1943. Le 28 août 1943, il fut condamné à la peine de mort par le conseil de guerre allemand de Fresnes (Komm. Von Gros Rosen Paris 161/43) pour diffusion de tracts et journaux anti-allemands, recrutement, sabotage par explosif d’une sous-station électrique le 28 mars 1942, actes de terrorisme et sabotages dirigés contre les troupes d’occupation.
Il a été fusillé le 17 septembre 1943 au Mont-Valérien (Suresnes) en même temps que dix-huit autres résistants communistes brestois, et son corps fut inhumé au cimetière d’Ivry.
Il a été déclaré « Mort pour la France » et homologué sergent par la 3e région militaire, le 6 juin 1946. À titre posthume, il fut décoré de Légion d’honneur, de la Médaille militaire, de la Médaille de la Résistance, de la Croix de guerre avec étoile de bronze.
La ville du Relecq-Kerhuon donna son nom à l’une de ses rues.
(Voir Albert Abalain.)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article153240, notice DEPARTOUT Louis, Théophile par Gilles Pichavant, version mise en ligne le 3 mars 2014, dernière modification le 13 septembre 2018.

Par Gilles Pichavant

Louis Departout
Louis Departout
Sa photo p 275, dans Chronique d’une section communiste de province, d’Eugène Kerbaul,

SOURCES : DAVCC, Caen. – Fichier des fusillés, archives de la FNDIRP du Finistère Nord, à Brest. – Eugène Kerbaul, 1918-1945, 1640 militants du Finistère, Presses de l’imprimerie commerciale de Rennes, 1988. – Eugène Kerbaul, Chronique d’une section communiste de province, Brest, janvier 1935-janvier 1943, Presses de l’imprimerie commerciale de Rennes, 1992. – Jean-Paul Molinari, Les ouvriers communistes : sociologie de l’adhésion ouvrière au PCF, L’Harmattan, 1996.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément