CHEMOUILLI Gilberte, Marie épouse BENATOUIL [Dictionnaire Algérie]

Par René Gallissot

Née le 17 septembre 1917 à Alger (Algérie), morte le 31 août 2021 à Paris, militante communiste d’Alger depuis 1938 ; après la guerre, employée à Alger Républicain ; avec son mari Taleb Bouhali, présentée par le PCA comme exemple de couple mixte.

Gilberte Chemouilli grandit en tout cas dans le quartier de Bab-el-Oued. Le nom de familles juives Chemouilli est répandu en Algérie et particulièrement dans l’Oranais. La famille est de rang modeste ; de plus, son père, Abraham Chemouilli, s’est déconsidéré auprès de la communauté juive en épousant un « roumia », JUliette Delabrousse, une européenne censée être chrétienne. Gilberte Chemouillli sera plus encore le mouton rouge de la famille.

En 1938 sous l’effet d’adhésion au Front populaire, à 17 ans, elle entre au PCA. Après l’interdiction du PCA, elle est arrêtée à la fin de 1939 et passe 2 ans à la prison de Maison Carrée. Avant la prison elle avait un petit ami communiste, juif, Marius Benatouil ; ils se marient en novembre 1942 quand elle est libérée. Mobilisé dans l’armée d’Afrique du Nord, le jeune homme fait les campagnes de Tunisie, Italie et de France. À son retour, ils se séparent. Divorcée, elle épouse [Taleb Bouhali6>151660], « un arabe », qui est aussi un dirigeant des Jeunesses démocratiques ; en 1946, il devient membre du CC du PCA et secrétaire à l’organisation pour Alger. Gilberte Bouali-Chemouilli est employée comme secrétaire à Alger républicain ; la vie est difficile sur les maigres subsides du mari, permanent syndical CGT du bâtiment, bien qu’il exerce aussi en alternance, son métier de plombier. La presse communiste présente volontiers ce couple de militants courageux et actifs comme un exemple de « couple mixte » annonçant l’Algérie algérienne.

Après avoir dans sa région natale d’Orléansville (Chlef) aidé le maquis communiste des Combattants de la libération, Taleb Bouali rejoint l’ALN ; il est tué au combat en juillet 1957. Gilberte Bouali-Chemouilli a été arrêtée et expulsée sur Marseille. Elle rentre en Algérie en 1962 et reprend alors place à Alger Républicain ; elle tient à rester vivre dans l’Algérie indépendante ; elle connaît à nouveau la prison après le coup d’Etat du 19 juin 1965, comme militante du PAGS.

Morte le 31 août 2021 à Paris, sa dépouille fut incinérée le 9 septembre 2021 au cimetière d’Arcueil (Val de Marne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article153302, notice CHEMOUILLI Gilberte, Marie épouse BENATOUIL [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 12 février 2014, dernière modification le 14 octobre 2021.

Par René Gallissot

SOURCES : Notes de A.Taleb-Bendiab. — H. Alleg, La guerre d’Algérie, op.cit., t.3 et Mémoire algérienne, Stock, Paris 2005. – H. Chemouilli, “Ma cousine Gilberte”, L’Arche, n° 111, Paris, 1966. — Alger républicain, 31 août 2021. — Notes de Jean-Pierre Ravery.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément