CHOUKAL Abdelkader [Dictionnaire Algérie]

Par René Gallissot

Né en 1933 à Alger, célèbre d’abord comme boxeur ; adhérent au PCA ; entré au quotidien Alger Républicain en 1951 ; tué au combat par l’armée française en juin 1956.

Enfant d’une nombreuse et très modeste famille dont le père tenait un bureau de tabacs au quartier de Saint-Eugène (Bologhine) à Alger, Abdelkader Choukal a fait des études primaires dans son quartier ; ses études secondaires ont été interrompues pour aider son père à tenir le bureau de tabacs. Il fait de la boxe aux « groupes laïques » ; il était très connu et très estimé dans les milieux sportifs de l’époque.

À 18 ans en 1951, il entre à Alger Républicain et adhère au PCA. En 1953, il participe avec la délégation algérienne, au festival de la Jeunesse et des Étudiants qui avait lieu à Bucarest. En juillet 1955, il fait 8 jours de prison à Barberousse avec Henri Alleg* directeur d’Alger Républicain à la suite d’une saisie du journal.

Il rejoint le maquis en 1956, connu sous le nom d’Abdelkader Es-Sahafi (c’est-à-dire le journaliste). Lors des négociations à Alger entre FLN et PCA, Ramdane Abane* brandira sa carte du PCA en parlant de noyautage. A. Choukal a été tué au cours d’un accrochage avec l’armée française en juin 1956. Deux de ses frères ont été arrêtés et mis en prison. Son père est assassiné par l’OAS à la veille de l’Indépendance de l’Algérie en 1962.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article153464, notice CHOUKAL Abdelkader [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 15 février 2014, dernière modification le 15 février 2014.

Par René Gallissot

SOURCES : Témoignages recueillis par A. Taleb-Bendiab. — H. Alleg, Mémoire algérienne, Stock, Paris 2005. – Bélaïd Abane, L’Algérie en guerre. Abane Ramdane et les fusils de la rébellion. L’Harmattan, Paris 2008.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément