BOLLENGIER Désiré, Henri

Par Annie Pennetier

Né le 21 juillet 1912 à Saint-Pol-sur-Mer (Nord), fusillé le 5 mai 1944 à Nevers (Nièvre) ; tourneur sur métaux ; résistant FTPF de la Nièvre.

Fils d’André Bollengier, employé au chemin de fer, et de Joséphine Halley, ménagère, Désiré Bollengier s’était marié le 24 avril 1937 à Saint-Pol-sur-Mer avec Jeanne Mèret. Le couple avait une fille. Ils quittèrent leur région lors de l’exode et s’installèrent à Cossaye (Nièvre).
Désiré Bollengier travaillait comme tourneur chez Goodrich, à Decize.
Militant de la CGT et du Parti communiste, il devint chef du groupe de résistance FTPF de La Machine (depuis le 1er mars 1943 selon une attestation). Il participa aux attentats à Decize contre deux collaborateurs et contre les mines de charbon. Emprisonné à Nevers, condamné à mort pour « acte de franc-tireur », le 4 mai 1944 par le tribunal militaire allemand FK 568 de Nevers, il a été fusillé le lendemain à 21 h 05 avec Maurice Niot, Jean Page, Edmond Gmerek et Antoine Grillotsur le champ de tir de Challuy.
Son nom est inscrit sur le monument aux 32 fusillés à Nevers, et une rue de Saint-Pol-sur-Mer porte son nom.
Les frères Bollengier, André né en 1905 et Léonce, né en 1909 militaient au Parti communiste à Saint-Pol-sur-Mer.

Nevers, champ de tir de Challuy (12 janvier 1942-30 juin 1944)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article153481, notice BOLLENGIER Désiré, Henri par Annie Pennetier, version mise en ligne le 25 février 2014, dernière modification le 3 avril 2017.

Par Annie Pennetier

SOURCES : DAVCC, Caen, BVIII 5 (Notes Thomas Pouty). – Arch. Dép. Nièvre, 99W1962. – Témoignage Jacqueline Baynac. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément