CONSTANT [Dictionnaire Algérie]

Par René Gallissot

Commis des PTT ; militant des JC à Alger en 1921 ; syndicaliste CGTU, sanctionné pour avoir fait campagne contre la guerre du Rif ; secrétaire de l’UL CGTU de Blida en 1925-1927 et après, défendant au sein du rayon communiste de Blida, la tendance réformiste qui accepte les deux collèges électoraux inégaux ; exclu du PC en 1927.

Employé comme télégraphiste, engagé volontaire dans l’armée française pour faire la guerre en 1914, Constant se fait remarquer comme militant des Jeunesses communistes d’Alger dès 1921 . En 1923, il est candidat communiste aux élections locales dans la circonscription de Bab-el-Oued-Marine à Alger ; il obtient, ce qui est remarquable, 670 voix sur 3 306 votants. Aux élections législatives de 1924, il est encore candidat communiste à Alger. En 1925 au moment de la campagne contre la guerre du Rif, il est suspendu pour un an de son emploi aux PTT.

En 1926, il est secrétaire de l’Union locale CGTU de Blida et membre de la direction du rayon communiste de cette ville. Le groupe communiste de Blida est secoué par une opposition interne entre communistes modérés pensant à une indépendance progressive de l’Algérie et des radicaux défendant le suffrage universel égalitaire dans un parlement d’une République algérienne indépendante ; c’est la position commune à la CGTU en France et à l’Étoile Nord-africaine.

À la conférence de la Région communiste tenue en 1927, Constant soutient une motion (dite du rayon de Blida) qui, en acceptant un double collège électoral, rejetait de fait l’égalité entre Européens et Algériens ; battu, il est alors exclu du Parti communiste qui lui reproche d’avoir été « un patriote à tous crins » avant 1914. Constant semble cependant resté un syndicaliste actif de la CGTU.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article153606, notice CONSTANT [Dictionnaire Algérie] par René Gallissot, version mise en ligne le 19 février 2014, dernière modification le 19 février 2014.

Par René Gallissot

SOURCES : La lutte sociale, 1923-1927. — Arch. de la Commission coloniale, IRM. (PCF), Paris, bobine 35/241. — E. Sivan,Communisme et nationalisme, op.cit. — N. Benallègue-Chaouia, Algérie, Mouvement ouvrier et question nationale. 1919-1954, OPU, Alger, 2004.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément