MASBATIN François [Dictionnaire des anarchistes]

Par Antoine Perrier, notice complétée par Rolf Dupuy

Né le 26 janvier 1887 à Limoges (Haute-Vienne), mort à Limoges le 30 mai 1942. Ouvrier porcelainier ; employé municipal ; militant libertaire.

Fils d’un maçon, ouvrier porcelainier à Limoges, François Masbatin collaborait sous le pseudonyme Nitsabam au début des années 1900 à l’organe communiste anarchiste L’Ordre (Limoges, 40 numéros du 29 actobre 1905 au 28 avril 1907) qui avait été fondé par A. Beaure* et dont les responsables étaient Léon Darthou, puis André Boulesteix et Jean Peyroux. Il collabora par la suite à L’ouvrier céramiste (Limoges, 1908-1911) où il publia essentiellement des articles concernant l’industrie de la porcelaine.

En mai 1921 il fut élu secrétaire de la Fédération CGT de la céramique et participa au 16e congrès de la CGT tenu à Lille les 25-30 juillet 1921. Puis, lors de la scission syndicale, et comme une majorité des syndicats de la Haute Vienne, son syndicat adhéra à la CGTU. Au congrès de l’union départementale le 15 juillet 1923, F. Masbatin fit partie de la minorité anarcho-syndicaliste qui s’opposa en vain à l’adhésion à l’Internationale syndicale rouge. Fin 1924, lorsque les libertaires quittèrent la CGTU contrôlée par les communistes, le syndicat de la céramique dont il était le secrétaire rejoignit l’autonomie et, avec les syndicats de la chaussure, de l’habillement et de l’ameublement, forma une Union syndicale autonome qui perdurera jusqu’à la réunification de 1935.

En août 1925, il abandonna le secrétariat du syndicat pour retourner à la production. Par la suite il entra comme employé au service des eaux de la mairie.

François Masbatin est décédé à Limoges le 30 mai 1942.

Son neveu, Jean Masbatin dit Armand (Limoges, 1902-1972) avit été le secrétaire du syndicat CGT de la chaussure, puis de l’ Union départementale de Haute Vienne des syndicats autonomes et le trésorier du Comité de défense syndicaliste (1924). Après la réunification confédérale de 1935 il fut nommé secrétaire adjoint de l’UD-CGT. Pendant la guerre il se rallia au régime de Vichy dont il devint conseiller national pour l’industrie de la chaussure, ce qui lui valut d’être exclu à vie des organisations syndicales à la Libération (voir sa notice dans le Maitron-en-ligne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article153698, notice MASBATIN François [Dictionnaire des anarchistes] par Antoine Perrier, notice complétée par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 30 mars 2014, dernière modification le 10 avril 2020.

Par Antoine Perrier, notice complétée par Rolf Dupuy

SOURCES : M. Laguionie, Les trois CGT, histoire du mouvement syndical à Limoges de 1919 à 1939, Éditions Force ouvrière, s.d. — R. Bianco, « Un siècle de presse… », op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément