GODFROY Jules, Albert, Auguste

Par Jean Quellien

Né le 14 juin 1901 à Cristot (Calvados), fusillé le 14 août 1943 au Mont-Valérien, commune de Suresnes (Seine, Hauts-de-Seine) ; commissionnaire ; communiste ; membres des FTPF.

Jules Godfroy
Jules Godfroy
Collection Jean Quellien

Militant communiste de longue date, Jules Godfroy, marié et père de famille nombreuse, exerçait la profession de commissionnaire à la gare de Caen. Une activité bien commode pour dissimuler ses activités de résistant et accueillir de nombreux clandestins.
Son domicile, rue de Vaucelles, était devenu une véritable plaque tournante où passaient de nombreux dirigeants du Front national et des FTP. Au grenier s’entassaient du matériel de propagande, des victuailles, mais aussi des armes.
L’échec d’une tentative de sabotage sur la voie ferrée, non loin de Caen, entraîna des arrestations en cascade au printemps 1943.
Jules Godefroy fut appréhendé par la police française à son domicile le 30 mars et remis aux Allemands. Incarcéré à la prison de Fresnes, il comparut avec une vingtaine d’autres Francs-tireurs et partisans français (FTPF) du Calvados devant la cour martiale allemande du Gross Paris le 13 juillet.
Condamné à mort, il a été fusillé au Mont-Valérien le 14 août 1943 avec treize de ses camarades de combat.
Lors de sa garde à vue dans le poste de police à Caen, son fils, le jeune Jean-Pierre Godfroy, parvint à s’enfuir et entra dans la clandestinité. Quelques mois plus tard, il sera à nouveau arrêté par la police française qui voulut à nouveau le livrer aux autorités allemandes. Ces dernières refusèrent en rappelant aux policiers français que son père Jules venait d’être fusillé et qu’il serait plus correct de le laisser entre les mains de la police française. Ce qui fut fait.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article153717, notice GODFROY Jules, Albert, Auguste par Jean Quellien, version mise en ligne le 24 avril 2014, dernière modification le 30 mai 2022.

Par Jean Quellien

Jules Godfroy
Jules Godfroy
Collection Jean Quellien

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Thomas Pouty). – J. Quellien (sous la dir.), Livre mémorial des victimes du nazisme dans le Calvados, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément