MIGNON Alfred, Marie, Joseph [dit Max CLAIR] [Dictionnaire des anarchistes]

Par Jean Maitron, notice complétée par Guillaume Davranche

Né le 5 novembre 1872 à Romorantin (Loir-et-Cher), mort le 7 juillet 1949 à Paris (VIIe arr.) ; médecin ; anarchiste.

Fils d’Alfred, Émile Mignon, pharmacien de Romorantin, et de Berthe Chauvin, le docteur Alfred Mignon figurait, dès 1895, parmi les collaborateurs des Temps Nouveaux de Jean Grave*.
Il se fit remarquer à Tours, le 8 novembre 1913, au cours d’un meeting pour l’amnistie des mutins de 1913. Il collaborait également à La Bataille syndicaliste.

Quand la guerre éclata, il resta membre du Groupe des Temps nouveaux, maintenu par André Girard* et Charles Benoît*. Le 6 janvier 1915, il félicitait Pierre Monatte* pour sa lutte contre l’Union sacrée : « Vous avez écrit ce que beaucoup pensent. C’est bien. »
Au cours de l’année 1915, Mignon vint s’établir à Saint-Cyr-sur-Loire (Indre-et-Loire).
Au printemps 1916, alors qu’il collaborait à CQFD de Sébastien Faure*, il cosigna le manifeste pacifiste « La paix par les peuples » (voir Charles Benoît) qui s’opposait au Manifeste des Seize (voir Jean Grave). Contournant la censure, il parvint à le faire publier dans l’organe de la fédération socialiste d’Indre-et-Loire, Le Réveil d’Indre-et-Loire, du 23 novembre 1918. À la même époque il collaborait aux journaux pacifistes L’Avenir international et La Plèbe, et était membre de la Ligue des droits de l’Homme.

Médecin d’Anatole France et ami de Maurice Halbwachs qui fut professeur à Tours avant 1914, Alfred Mignon adhéra au Parti communiste après le congrès de Tours, mais en fut exclu dès janvier 1923 pour avoir critiqué le centralisme, l’autoritarisme du capitaine Treint et de Vaillant-Couturier, et la conception du front unique.
En 1926, il s’installa à Paris où il tint une pension de famille. Il était père de trois enfants.

Après la Seconde Guerre mondiale, on trouve sa signature dans Ce qu’il faut dire de Louis Louvet* et Défense de l’homme de Louis Lecoin*. Musicien, il avait composé la mélodie de Révision de Gaston Couté*, et de Fraternité d’Eugène Bizeau*.

Il avait épousé Jeanne, Madeleine Richard, le 25 septembre 1909 à Périgueux (Dordogne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article153722, notice MIGNON Alfred, Marie, Joseph [dit Max CLAIR] [Dictionnaire des anarchistes] par Jean Maitron, notice complétée par Guillaume Davranche, version mise en ligne le 23 février 2014, dernière modification le 10 août 2020.

Par Jean Maitron, notice complétée par Guillaume Davranche

SOURCES : Arch. Nat. F 7/13604. — Archives Jean Maitron. — Syndicalisme révolutionnaire et communisme. Les Archives de Pierre Monatte, Maspero, 1968. — Le Réveil d’Indre-et-Loire, 1920-1922. — L’Avant-Garde, 1922-1923. — René Bianco, Un siècle de presse anarchiste, op. cit. - Notes de Julien Lucchini. - État civil.

Version imprimable Signaler un complément