GROSS Jacques, André [dit Gross-Fulpius] [Dictionnaire des anarchistes]

Par René Bianco, Marianne Enckell

Né le 2 mars 1855 à Mulhouse (Bas-Rhin), mort à Genève le 4 octobre 1928 ; commis-voyageur, bibliophile anarchiste ; militant de l’ombre.

Adhérent très jeune à la Fédération jurassienne, Jacques Gross fut voyageur de commerce pour la fabrique de tabacs Burrus à Boncourt (Jura suisse). Sous le pseudonyme d’André, il fut le délégué des sections de Porrentruy et de Boncourt au huitième congrès de l’Internationale tenu à Berne du 26 au 29 octobre 1876. Grâce à son métier, il pouvait passer en contrebande les journaux clandestins, L’Avant-Garde de Brousse et la Freiheit de Johann Most.

Il s’installa bientôt à Genève. Ami d’Elisée Reclus et de Kropotkine, il organisa clandestinement l’aide à des compagnons emprisonnés ou expulsés. Il fut surtout un soutien financier discret mais important pour les publications anarchistes et un bibliophile impénitent. Il fut à ce titre un des correspondants fidèles de Max Nettlau, une de ses sources d’information pendant plus de trente ans (notamment pour la redécouverte d’Ernest Cœurderoy). Il avait souscrit aux Temps Nouveaux et collaborait au Réveil anarchiste de Genève sous le nom de Jean-qui-marche.

Membre de la franc-maçonnerie depuis 1905, Jacques Gross fit plusieurs conférences à ce sujet. Sa femme Elisabeth Fulpius, fille du libre-penseur Charles Fulpius, sculptrice, rédigea l’article « Sculpture » pour l’Encyclopédie anarchiste de Sébastien Faure.

Les archives de Jacques Gross ont constitué l’un des premiers fonds du Centre International de Recherches sur l’Anarchisme (CIRA) fondé à Genève en 1957 (voir Pietro Ferrua). Une importante correspondance avec ses nombreux amis anarchistes est conservée à l’IISG d’Amsterdam.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article153929, notice GROSS Jacques, André [dit Gross-Fulpius] [Dictionnaire des anarchistes] par René Bianco, Marianne Enckell, version mise en ligne le 5 avril 2014, dernière modification le 18 juillet 2021.

Par René Bianco, Marianne Enckell

ŒUVRES : La Franc-Maçonnerie sous la Commune (1871) : conférence, Genève 1908 — La franc-maçonnerie exposée aux profanes, Genève s.d. — Préface à Ernest Cœurderoy, Jours d’exil, Paris 1910.

SOURCES : Le Réveil anarchiste, 20 octobre 1928. — François Ruchon, À la mémoire de Jacques Gross-Fulpius, 1855-1928, Genève 1929 (basé sur des notes de Max Nettlau conservées au CIRA Lausanne). — La Voix Libertaire, novembre 1928 — Plus Loin, n° 44, novembre 1928 (nécrologie par J. Wintsch). — René Bianco, "Un siècle de presse anarchiste d’expression française (1880-1983)", Aix-Marseille I, 1987— Elisée Reclus, Correspondance (et lettres manuscrites, CIRA Lausanne).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément