CHAZEAUD Jules [Dictionnaire des anarchistes]

Par Notice complétée par Guillaume Davranche

Né le 7 décembre 1874 ; chaudronnier ; anarchiste et syndicaliste.

Lorsque l’Union des syndicats de Lyon fut constituée, en 1905, l’anarchiste Chazeaud, parfois orthographié Chazeau, en fut le secrétaire général. L’Union des syndicats, qui menait une active propagande antimilitariste et avait constitué une section de l’Association internationale antimilitariste (AIA), adhérait à la CGT et se montrait hostile au PS.

Avec Buffin, Chazeaud jouait également le rôle, par défaut, de régisseur de la bourse du travail.

En mai 1905, en pleine campagne de la CGT pour les huit heures et la grève générale du 1er mai 1906, le maire de Lyon, Augagneur, engagea un bras de fer pour priver la CGT de la régie et en confier le poste à un employé municipal. Chazeaud fit alors afficher sur les grilles du bâtiment que la CGT ne bougerait que manu militari. Un grand meeting syndicaliste de protestation fut organisé le 24 septembre. Augagneur, en accord avec la préfecture, fit alors fermer la bourse le 4 octobre. L’Union des syndicats de Lyon déménagea son siège dans un café, au 44, cours Morand, puis au 51, rue Tronchet.

Ce conflit avec la mairie divisa cependant l’Union des syndicats, entre une ligne dure incarnée par Chazeaud, et une ligne conciliatrice incarnée par certains syndicats qui conservèrent leur bureau à la bourse, avec l’accord de la mairie. Cette situation provoqua une scission dans l’Union des syndicats de Lyon, et la régie de la bourse du travail passa aux mains des syndicalistes réformistes.

En octobre 1906, Chazeaud assista au congrès CGT d’Amiens. Il cosigna la motion présentée par Victor Griffuelhes et passée à la postérité sous le nom de Charte d’Amiens. Le conflit de Lyon fut évoqué dans les débats, et la tactique de Chazeaud fut critiquée, pour n’avoir pas su maintenir l’unité de l’Union des syndicats.
Finalement, c’est par l’entremise d’Yvetot* que la réunification des syndicats lyonnais put s’opérer. Chazeaud, trop intransigeant, fut écarté et, le 24 avril 1907, remplacé au secrétariat par Le Gouhy. Puis, en juin, l’Union des syndicats du Rhône fut constituée, regroupant aussi bien les révolutionnaires de l’Union des syndicats de Lyon que les réformistes de la bourse du travail. Chazeaud conserva néanmoins un rôle d’animation dans l’Union, avec Grand.

Délégué au congrès de l’Union fédérale des ouvriers métallurgistes, du 18 au 21 septembre 1907, il s’affirma libertaire mais défendit la liberté, pour Latapie, d’écrire dans L’Humanité si cela lui chantait.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article153987, notice CHAZEAUD Jules [Dictionnaire des anarchistes] par Notice complétée par Guillaume Davranche, version mise en ligne le 18 avril 2014, dernière modification le 18 avril 2014.

Par Notice complétée par Guillaume Davranche

SOURCES : Arch. Nat. F7/13 567 — Arch. Dép. Rhône, série M, grèves 1905-1906 et 10 M, 1er mai 1907-1919 — L’Humanité du 21 septembre 1907 — David Rappe, La Bourse du travail de Lyon, ACL, 2004.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément