ALVAREZ Antoine [dit Toni] [Dictionnaire des anarchistes]

Par Guillaume Davranche, Jean-Marc Izrine

Né le 20 mai 1946 à Léon (Espagne), mort le 11 juin 2008 à Pins-Justaret (Haute-Garonne). Graphiste et maquettiste. Militant antimilitariste et communiste libertaire.

Toni Alvarez (dans les années 2000)
Toni Alvarez (dans les années 2000)
Arch. Pascale Marange

Fils d’exilés antifranquistes, Toni Alvarez fit ses premières armes dans le mouvement libertaire à Toulouse, où il participa en 1963-1964 à l’édition du bulletin Jeunes libertaires avec René Bianco.

Dans les années 1970, il fut un militant de premier plan du mouvement antimilitariste au travers du Comité des objecteurs toulousains. Avec Michel Auvray, il fonda le journal antimilitariste Les Cires molles (6 numéros d’avril à juillet 1973) puis, en février 1974, Objection. Rebaptisé Objections en octobre 1981, le journal dura jusqu’en décembre 1983.

En février 1980, toujours à Toulouse, il cofonda Agora, « revue d’informations libertaires internationales », qui compta 27 numéros jusqu’en 1985.

Militant dans un Cercle Front libertaire, la structure d’accueil de l’Organisation révolutionnaire anarchiste (ORA), Toni adhéra à l’Union des travailleurs communistes libertaires (UTCL) après sa fondation en 1976. En revanche il ne rejoignit pas Alternative libertaire en 1991, mais souscrivit aux Amis d’AL à partir de 2001.

En 1995, il participa à la création du Coquelicot, journal toulousain d’Alternative libertaire, dont il réalisa la maquette. En 2001, il participa à la relance du trimestiel d’AL, Débattre, dont il assura la maquette jusqu’à la suppression de la revue en 2006.

Féru d’éducation, il avait introduit une note libertaire au sein des Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (Cemea) pour lesquels il fut formateur.

En 1986 il créa l’atelier d’édition Nuances du Sud puis, en 1993, l’atelier d’édition Petits Papiers avec sa compagne Pascale Marange. En 2003 il fut également partie prenante de la maison d’édition associative Les Passés Simples, qui réédita les Souvenirs du bagne de Liard-Courtois.

En 2008, il nourrissait, avec Jacques Rochefort et Pascale Marange, un nouveau projet de structure éditoriale, L’Insécable, qu’un cancer foudroyant l’empêcha de mener à bien. Le sachant au plus mal, le IXe congrès d’AL, tenu au mois de mai, lui adressa un message chaleureux. Il disparut quelques semaines plus tard.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article154250, notice ALVAREZ Antoine [dit Toni] [Dictionnaire des anarchistes] par Guillaume Davranche, Jean-Marc Izrine, version mise en ligne le 20 avril 2014, dernière modification le 16 décembre 2018.

Par Guillaume Davranche, Jean-Marc Izrine

Toni Alvarez (dans les années 2000)
Toni Alvarez (dans les années 2000)
Arch. Pascale Marange

SOURCES : René Bianco, « Un siècle de presse... », opt. cit. — Alternative libertaire de l’été 2008.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément