BALESTRI Gino [dit Nino] [Dictionnaire des anarchistes]

Par Rolf Dupuy

Né à Bazzano (Italie) le 1er novembre 1901, mort à Marseille le 5 juillet 1983. Maçon. Militant italien exilé en France et en Algérie. Milicien en Espagne et résistant en France.

Né dans une famille qui eut 13 enfants (dont trois décédés avant l’âge de 10 ans) et fut activement antifasciste, Gino Balestri adhéra très jeune aux idéaux libertaires. Il participa activement aux luttes ouvrières de la période du Biennio Rosso et notamment le 4 décembre 1919, avec entre autres Tonino et Celso Persici*, à l’attaque à Bazzano du siège du Circolo Rosa où la foule s’empara en cette période de grande misère de nombreux vivres ; au cours de cette manifestation le Maréchal des carabiniers, Severino Cagnoli, fut obligé par les manifestants de porter sur ses épaules un drapeau noir à travers les rues du village. Il participa ensuite aux premières luttes armées contre les fascistes et fut condamné à six mois et quinze jours de prison en 1921, puis à trois mois en 1925. L’année suivante, suite à une fusillade avec les fascistes – pour laquelle il aurait été condamné par contumace à onze ans de prison – il émigra clandestinement en France où, sans papiers, il allait vivre au jour le jour dans des conditions précaires tout en poursuivant ses activités antifascistes.

Dès son arrivée en France il se lia d’amitié avec d’autres réfugiés anarchistes italiens comme les Gilioli, Camilo Berneri et sa famille*, Renato Castagnoli, Umberto Cecotti, Tintino Rasi et sa compagne Ave, Vindice Rabbitti, Giuseppe Bifolchi*, Alberto Meschi, Umberto Marzocchi, Enzo Fantozzi, Natalino Matteucci, la famille Lami, Renzo Cavani, Gino Bibbi et Luigi Damiano.

Arrêté à Paris en 1930, il fut expulsé en Belgique d’où, après avoir participé à un meeting à Bruxelles, il fut expulsé au Luxembourg avant de regagner la France. En 1932 il prit pour compagne Cosetta Lami, fille du militant anarchiste Mario Lami (mort à Fontenay-sous-Bois en 1930) et partit s’installer avec elle à Marseille. Là, avec notamment Celso Persici, Edoardo Angeli*, Giulio Bacconi*, Cesare Fietta, Orazio Dondi, Emilio Pedrieri, Pio Turroni* et Virgilio Fabrucci, il participa à l’organisation d’une coopérative de travaux du bâtiment qui allait permettre à de nombreux réfugiés politiques d’obtenir du travail et des papiers et dont les bénéfices étaient reversés au mouvement anarchiste.

Gino Balestri et sa compagne Cosetta Lami allaient souvent à Nice pour rendre visite à la famille Dondi et à Mario Baldini. C’est dans cette ville qu’ en 1933 il fut arrêté pour avoir participé à une réunion de « propagande communiste » et condamné à deux mois de prison pour « infraction à un décret d’expulsion ». Vivant clandestinement à Marseille en 1934, il partit alors pour Oran (Algérie) où le rejoignirent sa compagne Cosetta Lami, et leur fille Luce (née à Paris le 3 mars 1934).

En juin 1936 Gino Balestri revint à Marseille, puis gagna Paris où dès le déclenchement de la guerre d’Espagne, par l’intermédiaire du comité Pro Spagna dont s’occupait Tintino Rasi*, il partit comme volontaire dans la section italienne de la Colonne Ascaso et combattit à Almudevar et au Carascal de Huesca sur le front d’Aragon. Bien qu’opposé à la militarisation des milices, il resta sur le front et fut membre du 4e Bataillon confédéral Pi y Margall comandé par Augusto Coll ; il représenta le bataillon aux funérailles d’Antonio Cieri, qui avait remplacé Giuseppe Bifolchi à la tête de la section italienne et qui venait d’être tué sur le front de Huesca. Lors des évènements de mai 1937 et des combats avec les staliniens, il participa à la défense du siège catalan de la CNT-FAI situé à Barcelone sur l’avenue B. Durruti (anciennement Layetana).

À l’été 1937 "quand j’ai compris que c’était foutu j’ai préféré partir", il rentra à Paris où sa compagne avait mis au monde le 8 mars précédent leur deuxième fille Dina. Ne trouvant pas de travail il connut alors avec sa famille deux années de grande misère. Suite au décret du 12 novembre 1938 permettant d’interner "les étrangers indésirables", il fut arrêté en 1939 et emprisonné six mois à la prison de Fresnes. À sa sortie de prison il parvint à obtenir des papiers en règle à son nom, sans doute après avoir signé un engagement à la Légion étrangère afin de ne pas être envoyé au camp d’internement du Vernet. À l’automne 1939 la famille Balestri résidait au 44 rue Planchat (20e arr.).

Pendant l’occupation il fut arrêté lors d’une rafle par les Allemands et déporté sans doute dans le cadre du Service du travail obligatoire (STO) dans un camp de travail à Cracovie puis à Lublin (Pologne). Après avoir réussi à s’évader en 1943, il regagna la France et la région d’Arcachon où Amadeo Testoni le fit embaucher pour travailler au terrain d’aviation de Cazau et sur le Mur de l’Atlantique. Là, il permit à plusieurs antifascistes italiens – dont lNatalino Matteucci – qui ne voulaient pas partir en Allemagne de les faire embaucher. Comme Matteucci et Testoni il eut alors des contacts avec la Résistance.

Après la Libération il vivait à Paris avec sa compagne et leurs filles Luce et Dina, puis en 1952 il s’installa dans la région de Marseille où le 19 mars naissait sa dernière fille Alba et où il continua de militer et surtout d’aider les réfugiés espagnols. Après avoir essuyé de nombreux refus, il obtint en 1955 sa naturalisation française.

Gino Balestri est mort à Aubagne (Bouches-du-Rhône) le 5 juillet 1983.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article154253, notice BALESTRI Gino [dit Nino] [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 20 avril 2014, dernière modification le 20 avril 2014.

Par Rolf Dupuy

SOURCES : Dizionario biografico degli anarchici…, op. cit. (Notice de F. Bertolucci) — Fonds de la Préfecture de Nice 04M1071, 1er janvier & 31 décembre 1933 — El Diluvio, 17 avril 1937 — Précisions apportées par ses filles Luce (février 2008 & mai 2010) et Alba (mars 2008 & avril 2010) — CAC, Fontainebleau (Dossier de naturalisation et de police).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément