FALLIÈRES [Dictionnaire des anarchistes]

Par Guillaume Davranche

Individualiste.

Fallières appartint, en 1896-1897, au groupe individualiste La Vérité avec Eugène Renard*, Carteron et Langlois. Le groupe se réunissait salle du Trésor, rue Vieille-du-Temple à Paris.

Selon les rapports de police, il s’essaya à la fabrication de fausse monnaie.

Durant l’affaire Dreyfus, Fallières s’engagea résolument dans le camp dreyfusard. Le 17 janvier 1898, il participa à l’attaque, par les anarchistes et les allemanistes, du meeting antisémite du Tivoli-Vauxhall. Il était à ce moment suffisamment connu pour que le reporter du Temps, présent dans la salle, le cite dans son article : « Compagnons ! Camarades ! clame une voix de stentor dans le fond de salle. [...] C’est le compagnon Fallières qui a grimpé au haut d’une colonne et dont la tête émerge d’un trophée de drapeaux tricolores. Les antisémites tentent l’assaut de la colonne. […] Mais décidément l’orateur a dans le compagnon Fallières un concurrent persistant. Celui-ci, profitant en effet de l’inattention des antisémites, a de nouveau grimpé sur la colonne et harangue la foule de son côté. »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article154299, notice FALLIÈRES [Dictionnaire des anarchistes] par Guillaume Davranche, version mise en ligne le 21 avril 2014, dernière modification le 4 mai 2014.

Par Guillaume Davranche

SOURCES : Le Temps du 19 janvier 1898 — Vivien Bouhey, Les Anarchistes contre la république, PUR, 2008 (le prénomme Armand).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément