MOCHET Charles [Dictionnaire des anarchistes]

Par René Bianco, notice complétée par Thierry Bertrand

Né le 30 mars 1880 à Lyon (3ème). Monteur en bronze, ouvrier cordonnier ; militant de l’AIA et collaborateur du groupe le Théâtre Social de Marseille (Bouches-du-Rhône).

Ouvrier cordonnier à Marseille, Charles Mochet participa au début des années 1900 aux campagnes antimilitaristes de l’Association Internationale Antimilitariste (AIA). Auteur d’un Manifeste aux conscrits imprimé à Marseille à une centaine d’exemplaires et collé sur les murs de la ville, il fut arrêté, puis après avoir subi 40 jours de préventive à la prison Chave, fut condamné le 15 janvier 1906 avec François Antonsanti à trois mois de prison et aux dépens par la cour d’assises des Bouches-du-Rhône pour provocation militaire. En 1908 il fut l’un des organisateurs des conférences de Sébastien Faure et présida celle tenue le 14 mars au théâtre Chave.

Charles Mochet fut également l’auteur d’une pièce satirique en un acte et en vers, intitulée Les gendarmes et éditée sous forme de brochure (Imp. Nitard, Marseille, s.d.) avec une préface de Jean Marestan. Cette pièce fit partie du répertoire de la troupe du Théâtre Social et fut interprétée pour la première fois en février 1912.

Charles Mochet collabora également à l’hebdomadaire L’Anarchie (Paris, Robinson, 1905-1914) publié par A. Libertad, puis, après la première guerre mondiale à l’Encyclopédie anarchiste publiée entre 1925 et 1934 par Sébastien Faure.

Il habitait en avril 1907 à la Villa du Ballon, au Vallon de L’oriol à Marseille, puis à Aubagne à la Campagne du Cressau en août 1907.
Il se mariait une première fois le 23 février 1907 à Marseille avec Léonie Blanchet (1883 - 1909). Puis le 13 juillet 1912 à Marseille avec Hélène, Marie, Virginie Marin de Baccour. Et enfin le 30 mars 1916 à Casablanca, Maroc, avec Ernestine, Pauline Laurant ; ils eurent un fils.
En août 1914 il était rappelé à l’activité et incorporait le 7 août le 4ème groupe d’artillerie de campagne d’Afrique. Il fit la campagne au Maroc du 7 août 1914 au 14 février 1919. Il obtint alors la médaille coloniale avec agrafe "Maroc".
Pendant la guerre il s’installait à Casablanca (Maroc). En 1915 il était au garage de la place, puis en avril 1917, rue Ledru Rollin.
Le 16 octobre 1915 le tribunal de la Paix de Casablanca le condamnait à 5 francs d’amende pour infraction au roulage.
En 1921 il était de nouveau sur Marseille au 151 rue Sainte.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article154344, notice MOCHET Charles [Dictionnaire des anarchistes] par René Bianco, notice complétée par Thierry Bertrand, version mise en ligne le 24 avril 2014, dernière modification le 5 juin 2020.

Par René Bianco, notice complétée par Thierry Bertrand

SOURCES : Arch. Dép., Bouches-du-Rhône M6/ 3356, 3851. — Arch. Dép., Rhône 1RP1030.— APpo BA 1512. — L’Ere Nouvelle, n°40, février-mars 1906. — Barrau & R. Bianco, Le théâtre social…, op. cit.. — R. Bianco, « Un siècle de presse… », op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément