CAPATZANA Ion, Ionesco [Dictionnaire des anarchistes]

Par Rolf Dupuy

Né en Roumanie, mort vers 1943. Anarchiste roumain émigré en France.

Militant libertaire, espérantiste, pacifiste et végétarien, Ion Ionesco Capatzana avait été le directeur de la revue Vegetarismul (Bucarest, 1932-33). Vers 1935 il émigra en France où, à Paris, au début de la révolution espagnole, il dirigeait un service de presse en espéranto.

En 1938 il s’établiit à Soutraine, par Rantigny (Oise), dans un chalet en bois, à la lisière de la forêt, où il aménagea une bibliothèque et une petite imprimerie avec laquelle il édita plusieurs brochures et la revue L’Artistocratie (au moins 1 numéro en juin ou juillet 1939) rédigée en quatre langues : espéranto (Ion Capatzana), français (G. De Lacaze-Duthiers*), espagnol (B. Cano Ruiz) et roumain (Eugen Relgis). « Il y cultivait son jardin… il voulait réaliser… un centre de relations internationales, et les réunions des libertaires y étaient assez animées ». Le journaliste portugais Jaime Brasil faisait également partie du Conseil de rédaction de la revue qui publia des articles de Panait Istrati ainsi qu’un poème de Victor Serge* sur ce dernier. Etienne Guillemau* en assurat la gérance.

Selon E. Relgis, Ion Capatzana serait mort en avril 1942 « après avoir mangé, lui le végétarien intégral, des champignons vénéneux qu’il avait cueillis dans la forêt voisine ». Toutefois le 23 avril 1942, alors qu’il travaillait à un livre, La France littéraire inconnue, sur des écrivains libertaires dont il avait rédigé un premier volume de 500 p., il écrivit à Jeanne Humbert* qu’il devait retourner en Roumanie pour faire l’armée. Selon E. Soittel, il serait mort à la fin de l’été 1943.

Guy Malouvier, dans les années 1960, se rendit à Soutraine où il retrouva les ruines du chalet, dont les murs étaient encore tapissés de journaux datant de la guerre d’Espagne, et quelques livres éparpillés dans les herbes et broussailles alentour.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article154417, notice CAPATZANA Ion, Ionesco [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 25 mars 2014, dernière modification le 14 mai 2014.

Par Rolf Dupuy

ŒUVRE : Panaït Istrati ou l’Homme qui n’a adhéré à rien, étude suivie d’articles inédits en français. Présentation de Philéas Lebesgue, Soutraine par Rantigny (Oise), « Aristocratie », 1941, 160 p.

SOURCES : Contre-Courant, n°5, juin 1952 (article d’E. Relgis) — Ce Qu’il faut Dire, n°10, 10 juillet 1945 (article de E. Soittel) — Bulletin de la commission préparatoire du congrès international des Fédérations anarchistes, n°9, avril 1968 (article de G. Malouvier) — Bulletin du CIRA, Marseille, n°23/25, op. cit. — L’Unique, juillet 1945 — Arch. Humbert, IISG Amsterdam — Notes de M. Enckell.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément