BACQUET François

Par Odette Hardy-Hémery

Né le 30 novembre 1909 à Lambres-lez-Douai (Nord), fusillé le 28 août 1944 à Valenciennes (Nord) ; ouvrier mineur ; militant communiste ; résistant, membre des Francs-tireurs et partisans français (FTPF).

François Bacquet était le fils d’un mineur du même nom. Son père, ayant eu la main arrachée lors d’un accident du travail, devint garde communal jusqu’à sa retraite. Sa mère, Marie-Madeleine Beudaert, s’occupait du foyer, élevant ses trois fils et sa fille. François Bacquet travailla à son tour à la mine en 1923 comme ajusteur du jour, puis du fond, au puits Saint-René à Guesnain. Il était dès l’avant-guerre membre du Parti communiste comme son père ; il effectua son service militaire dans la marine à 18 ans et y demeura de 19 à 21 ans.

Au début de l’Occupation, François Bacquet prit contact avec l’organisation spéciale et le groupe Ferrari, notamment avec Georges Dubois, également mineur à Guesnain et Auguste Finart. Arrêté le 1er novembre 1941 comme otage, il fut transféré à la prison de Louvain avec notamment Gaston Poulain*. Une première tentative d’évasion échoua ; la seconde, la veille de son exécution, réussit le 23 août 1942 : profitant d’une nomination allemande le soir, François Bacquet s’enfuit avec Gaston Poulain et cinq autres détenus. Le groupe se sépara, François Bacquet et Gaston Poulain demeurant ensemble. D’abord hébergés près de Charleroi, ils rejoignirent la région lilloise et le premier se cacha dans la région de Guesnain. À partir de décembre 1942, François Bacquet agit en étroite collaboration avec Gaston Poulain (sabotage de la fosse Barrois). Ils constituèrent ensemble, au début de 1943, un groupe spécial de sécurité puis à partir de septembre 1943, il devint membre des FFC (plan Tortue). Au début de 1944, les deux illégaux furent mutés dans la région de Valenciennes et firent partie des groupes de choc de la 5e compagnie FTP : à ce titre, ils participèrent à de nombreux sabotages.

Lors de la création de la 20e compagnie FTP dans les premiers mois de 1944 à la suite de nombreuses arrestations au sein de la 5e, François Bacquet devint adjoint du commissaire aux effectifs, Gaston Poulain. La compagnie comprenait cinq détachements et François Bacquet commandait celui de Valenciennes.

Arrêté à Famars (Nord) le 23 août 1944 et trouvé porteur d’armes, François Bacquet fut condamné à mort le 28 août 1944 par le tribunal militaire allemand FK 678 de Valenciennes puis fusillé le jour même au champ de tir du Rôleur.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article15448, notice BACQUET François par Odette Hardy-Hémery, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 23 novembre 2018.

Par Odette Hardy-Hémery

SOURCES : DAVCC, Caen (Notes Th.Pouty). — Arch. Musée de la Résistance à Denain. — Renseignements fournis par la mairie de Guesnain et la famille de l’intéressé.

ICONOGRAPHIE : Photographie fournie par la famille.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément