ROBERT Fritz [Dictionnaire des anarchistes]

Par Marianne Enckell

Né à La Chaux-de-Fonds (Suisse) le 3 octobre 1845, mort dans la même ville le 3 mars 1899. Enseignant, architecte. Membre actif de la Fédération jurassienne.

Après ses études à l’Ecole Polytechnique de Zurich, Fritz Robert enseigna à l’École industrielle de La Chaux-de-Fonds dès 1866. Il rejoignit la section locale de l’Internationale, dont il devint secrétaire-correspondant en 1868 et qu’il représenta au Congrès international de Bruxelles, avec celles du Locle, du district de Courtelary, de Moutier et Morat. Il adopta les positions collectivistes et se rapprocha de James Guillaume et de Bakounine. Il rédigeait les procès-verbaux en écriture phonétique, selon un système imaginé par Edouard Raoux, inspiré par la religion du progrès.

Au Congrès international de Bâle, en septembre 1869, il faisait partie de la commission de l’Instruction intégrale et vota en faveur de l’abolition de l’héritage avec Bakounine, Guillaume et Schwitzguébel. En décembre, la section de La Chaux-de-Fonds se divisa : les collectivistes, avec Fritz Robert, prirent le nom de « Section de propagande ». Celle-ci rejoignit la fraction collectiviste, et Robert devint secrétaire correspondant du Comité fédéral romand, dès 1870, et collaborateur du journal La Solidarité. Il démissionna toutefois de son poste le 29 juin 1870, peut-être en raison des pressions du directeur de son école.

En automne 1873, Friz Robert fut chargé par James Guillaume et l’Atelier coopératif des graveurs et guillocheurs du Locle (ville voisine de La Chaux-de-Fonds) de faire les plans d’un grand atelier, grâce à une aide financière de l’anarchiste italien Carlo Cafiero – qui y renonça toutefois. Il devint architecte indépendant et se fit élire pour le Parti radical au législatif communal, puis cantonal en 1877.

Il ne doit pas être confondu avec son homonyme Fritz Robert (1854-1881), qui prêta son passeport à Errico Malatesta en 1879 ; quand ce dernier se fit arrêter en France et expulsé, sa photo portait le nom de Fritz Robert.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article154515, notice ROBERT Fritz [Dictionnaire des anarchistes] par Marianne Enckell, version mise en ligne le 12 avril 2014, dernière modification le 10 décembre 2018.

Par Marianne Enckell

SOURCES : Chantier biographique des anarchistes en Suisse — Pierre Fiala, Roland Kaehr, "La phonographie, une révolution salutaire dans l’éducation", in L’Anarchisme dans les Montagnes, Revue neuchâteloise 55-56, 1971 — Pierre Hirsch, "Un militant de la Première Internationale : Fritz Robert," Revue européenne des sciences sociales, Cahiers Vilfredo Pareto, n° 29, Genève 1973 — Guillaume, L’Internationale, op. cit. — Fichier Bertillon — Max Nettlau, Errico Malatesta ; Das Leben eines Anarchisten, Berlin, 1922.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément