CARIAT Jean [Dictionnaire des anarchistes]

Par Marianne Enckell

Né à La Courière/Laurière (Haute-Vienne), le 16 décembre 1889, mort à Genève le 4 août 1974. Maçon-cimentier, déserteur. Marié à Catherine Roulhac, deux enfants : Marcel (22.4.1914), Raymonde (7.6.1919).

Etabli à Paris, Cariat fit son service militaire de 1910 à 1912 (condamné à deux mois de prison pour port de brochures antimilitaristes). Il adhéra au syndicat des cimentiers de la CGT en 1913.

A la fin juillet 1914, il se trouvait en en Suisse avec sa femme et son fils, prétendûment pour visiter l’Exposition nationale à Berne. Il alla habiter quelque temps à Neuchâtel où il ne trouva pas de travail et fut condamné à une amende de 5 francs pour maraudage de bois, "poussé par la misère". Il s’établit ensuite à Genève. Il n’avait d’abord pas d’emploi fixe, passant de chantier en chantier. Il participait au groupe du Réveil anarchiste. En 1926, il se construisit une petite maison en bois dans les faubourgs de la ville. Le garde rural déclarait qu’il était sobre et régulier dans son travail ; sa femme vendait des jouets sur les emplacements de fêtes.

En 1922, il créa avec Lucien Tronchet ("c’est lui qui m’apprit le métier de maçon", écrit ce dernier dans une nécrologie) et des anarchistes italiens le Syndicat international autonome des maçons et manœuvres, syndicaliste révolutionnaire, qu’il présida pendant ses dernières années, jusqu’à sa dissolution en 1931. En raison de la loi sur l’assurance chômage obligatoire, ce syndicat fut en effet contraint de fusionner avec la Fédération des ouvriers du bois et du bâtiment (FOBB). A plusieurs reprises, des groupes de militants se rendirent sur les chantiers pour faire de l’agitation ou débaucher les ouvriers le Premier Mai.

Après la mort de Louis Bertoni* en 1947, Cariat tint les comptes du groupe du Réveil et s’occupa notamment des abonnements en Suisse au Libertaire (15 abonnés le 6.8.1948). Il continua à suivre les activités du groupe du Réveil et du CIRA et resta syndiqué jusqu’à ses derniers jours.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article154554, notice CARIAT Jean [Dictionnaire des anarchistes] par Marianne Enckell, version mise en ligne le 12 avril 2014, dernière modification le 13 janvier 2016.

Par Marianne Enckell

SOURCES : CBACH — Le Libertaire, 6.8.1948 — Archives de l’Etat de Genève, service de la police administrative et judiciaire, 1915-1938 — Journal de Genève 9.8.1974 (annonce de son décès) — Fonds Lucien Tronchet, Collège du teavail, Genève.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément