ROLLAND Gaston [Dictionnaire des anarchistes]

Par Jean Maitron, notice complétée par Guillaume Davranche

Né le 28 avril 1887 à La Chapelle-Saint-Mesmin (Loiret), mort le 14 avril 1982 à Gradignan (Gironde) ; graveur sur cuivre ; anarchiste et pacifiste.

Gaston Rolland
Gaston Rolland
DR

« Artiste sorti du peuple » selon Le Libertaire du 25 mars 1924, fils d’un couple de boulangers, Gaston Rolland, dit Tonton, fréquentait, avant 1914, les milieux individualistes et lisait La Guerre sociale.

En août 1914 il refusa la mobilisation et, sous le nom d’Antonio Raspiol, réussit à vivre de son travail à Paris. En octobre 1916, il hébergea durant quelques jours un insoumis nommé Bouchard qui le dénonça après avoir été arrêté. Le 4 septembre 1917, Rolland était lui-même arrêté à Marseille et inculpé, ainsi qu’Armand, Roberto, un Espagnol et Bouchard.

Le 4 janvier 1918, ils étaient respectivement condamnés aux peines suivantes : Armand, cinq ans de prison, Roberto, quatre ans, Bouchard, cinq ans, Rolland, trois ans.

Gaston Rolland réussit à s’évader de l’hôpital de Grenoble où il était soigné pour tuberculose. Repris, il fut condamné par le conseil de guerre de Paris, le 19 juillet 1918, et cette fois pour insoumission, à quinze ans de travaux forcés.

En août 1919, alors qu’il était sur le point d’être expédié en Guyane, le Comité de défense sociale (CDS, voir Jean-Louis Thuillier) se mobilisa pour le faire inclure dans la loi d’amnistie en préparation à l’Assemblée. Il mena ensuite campagne pour sa libération. Le 22 décembre 1921, le reste de sa peine de travaux forcés fut commué en dix ans de réclusion. Il fut définitivement libéré en juillet 1924.

En 1929 il était l’un des responsables, avec Marius Theureau, G. Grégoire, Pierre Lentente et Maurice Langlois, de la Colonie enfantine libertaire qui, au cours des deux mois d’été, allait envoyer cinq enfants d’ouvriers à la campagne, chez Jeanne Morand.

En octobre 1929, il devint trésorier du CDS et, à partir de mai 1931, fut trésorier du Réfractaire, bulletin de la Ligue des réfractaires à toutes les guerres animée par Marius Theureau.

Trente-cinq ans plus tard, dans le journal de Louis Lecoin, Liberté, une souscription fut ouverte en sa faveur qui rapporta plusieurs milliers de francs . Rolland vivait alors à Le Lissan, près de Gradignan (Gironde).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article154681, notice ROLLAND Gaston [Dictionnaire des anarchistes] par Jean Maitron, notice complétée par Guillaume Davranche, version mise en ligne le 2 mai 2014, dernière modification le 11 août 2020.

Par Jean Maitron, notice complétée par Guillaume Davranche

Gaston Rolland
Gaston Rolland
DR

SOURCES : Arch. PPo. BA/50 et 882. — « L’affaire Gaston Rolland », La Brochure mensuelle n° 3, mars 1923. — Le Réfractaire, septembre 1982. —Liberté du 1er janvier 1965)

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément