BAGES Joseph, Louis, Roger [BAGES Joseph, dit « Louis »]

Par André Balent

Né le 2 octobre 1903 à Pézenas (Hérault), tué dans le combat le 27 juillet 1944 au col de la Flotte, commune de Sonnac-sur-l’Hers (Aude) ; militant communiste d’Agde (Hérault) ; résistant de la Haute-Garonne, membre du maquis « Vincent-Faïta » des FTPF de l’Aude .

Louis Bages (1903-1944)
Louis Bages (1903-1944)
MemoroialGenWeb, Agde (Hérault)

Louis Bages était le fils d’un cultivateur de Pézenas, Joseph, Étienne et de son épouse Denise Malhé, âgés respectivement de vingt-six et dix-neuf ans en 1903. Il se maria à Agde (Hérault le 29 août 1925 avec Maria, Louise, Rosalie Moulinier. Il résida ensuite à Agde.
Louis Bages était, avant 1939, militant communiste à Agde. Il fut, en octobre 1938, président du comité des viticulteurs sinistrés d’Agde.

Durant l’Occupation, il prit une part active à la Résistance dans la région de Toulouse. Il était lieutenant FTPF au maquis « Vincent-Faïta » implanté dans le secteur de Chalabre (Aude). Le 26 juillet, un détachement allemand parcourut les Corbières à la recherche du maquis de Villebazy (Aude) qui réussit à lui échapper. Par contre, à Courtauly (Aude), ils tombèrent sur une automobile transportant cinq hommes du maquis audois « Vincent-Faïta » des FTPF, dont les deux chefs (Joseph Alcantara et André Riffaud étaient partis le 26 juillet à la recherche d’un nouveau cantonnement dans les Corbières. Trois furent tués sur le coup et deux furent fait prisonniers, André Riffaud, blessé, ayant succombé trois jours plus tard des suites des tortures infligées çà Carcassonne (Aude).

Le lendemain, le 27 juillet, à la recherche de « Vincent-Faïta », repéré dans la région de Chalabre, trois cent Allemands avaient été dépêchés avec quinze camions depuis Foix (Ariège) afin d’accrocher et d’anéantir le maquis qui se trouvait encore dans le secteur avant de s’installer dans le nouveau cantonnement des Corbières. Un détachement du maquis avait prévu de dissimuler un camion à la ferme de Bordeneuve, dans le territoire de Sonnac-sur-l’Hers. Pendant le combat, trois maquisards (Louis Bages, André Laffon* et Paul Vernières*) furent fauchés par une rafale de mitrailleuse au col de la Flotte (commune de Sonnac-sur-l’Hers), à proximité de la limite avec l’Ariège. Tomas Helmut et Fernand Prédal, blessés, auraient réussi à gagner la ferme du Planquet à Courtauly (Aude), commune voisine de Sonnac. En tout cas ils y furent capturés par les Allemands, Julien Allaux (Allaux, 1986, op. cit., p. 179) qu’ils furent surpris alors qu’ils transportaient des courroies d’une batteuse sabotée. Reconnus comme membres du maquis recherché, ils furent exécutés d’une balle dans la nuque. Pour sa part, Serge Fournié (Site, op.cit.) indique que les deux maquisards tués d’une balle dans la tête à la ferme du Planquet, le furent avant les trois du col de la Flotte. Helmut et Prédal n’auraient donc pas participé au combat du col de la Flotte comme le laisse entendre l’article de La Dépêche du 27 septembre 2017. La version de Serge Fournié rejoint implicitement celle de Julien Allaux car on voit mal comment deux fuyards blessés, récemment arrivés à la hâte au Planquet, auraient pu manipuler des courroies de batteuse.

En ce qui concerne Bages, pour couvrir la retraite de ses hommes, à Sonnac-sur-l’Hers (Aude), il tint sa position de combat jusqu’à épuisement de ses munitions avant d’être tué. En 2017, Camille Bouissoux, ancien maquisard et dernier témoin des événements, présent à la cérémonie commémorative livra un récit de l’accrochage du 27 juillet 1944, repris par le correspondant de La Dépêche.

Louis Bages fut homologué lieutenant des FFI. Son nom figure sur le monument aux morts d’Agde et a été gravé sur le monument commémoratif du col de la Flotte (commune de Sonnac-sur-l’Hers) avec celui des cinq autres victimes des accrochages de Sonnac-sur-l’Hers (Voir Laffon André*, Vernière Paul) et de Courtauly (Voir Helmut Thomas ; Prédal Fernand). Une rue d’Agde porte son nom.

Voi Courtauly et Sonnac-sur-l’Hers (Aude), col de la Flotte, 27 juillet 1944

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article15474, notice BAGES Joseph, Louis, Roger [BAGES Joseph, dit « Louis »] par André Balent, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 2 août 2019.

Par André Balent

Louis Bages (1903-1944)
Louis Bages (1903-1944)
MemoroialGenWeb, Agde (Hérault)

SOURCES : Arch. dép. Hérault, 3 E 207/59, état civil d’Agde, acte de naissance de Joseph Bages et mention marginale. — DBMOF, 4e partie, Jean Sagnes, notice « Bages Louis ». — Julien Allaux, La 2e Guerre mondiale dans l’Aude, Épinal, Le Sapin d’or, 1986, 254 p. [p. 179]. — Serge Fournié, « Maquis du Kercorb », site chalabremetaitconte.pagesperso-orange.fr, consulté le 18 août 2018. — Lucien Maury, La Résistance audoise (1940-1944), tome II, Carcassonne, Comité de l’histoire de la Résistance audoise, Carcassonne, 1980, 441 p. [pp. 255-256, p. 395]. — La Marseillaise, 16 septembre 1960. — La Dépêche, édition de l’Aude, chronique de Sonnac-sur-l’Hers, 25 septembre 2017. — Renseignements communiqués par la mairie d’Agde (à Jean Sagnes). — Site MemorialGenWeb consulté le 19 août 2018.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément