BOUCHER Jean-Luc, René [Dictionnaire des anarchistes]

Par Hugues Lenoir

Né le 30 octobre 1960 à Paris (XIVe arr.) ; militant de la Fédération anarchiste et syndicaliste, adjoint administratif.

Jean-Luc Boucher a habité à Paris de 1960 à 1993, date à laquelle il déménagea pour la Seine-Saint-Denis, département où il réside toujours. Sa mère (22 septembre 1922-14 janvier 2000) était « sans profession ». Son père (12 juillet 1921-26 avril 1981) occupa divers emplois dans la mécanique de précision, fut de sensibilité communiste puis socialiste et adhérent épisodique à la CGT.

Livreur de fleurs dès l’âge de quinze ans pendant sa scolarité, après un certificat d’études primaires puis un BEP d’électronique en juin 1978, il entra dans la vie active comme agent technique en électronique chez Guerpillon-Sofradig (réalisation d’appareils de mesures numériques), à Montrouge (92), de septembre 1978 à octobre 1983. Puis, d’avril 1984 à septembre 2002, il fut salarié du comité d’entreprise d’un groupe de caisses de retraite complémentaire, de prévoyance collective et d’épargne salariale, à Boulogne (92). Il y géra les activités sociales et culturelles. Depuis juin 2003, il est adjoint administratif gestionnaire de procédures de marchés publics dans une collectivité territoriale.

Dans ces différents emplois, Jean-Luc Boucher fut toujours syndiqué, jusqu’à mai 2008 où il ne renouvela pas son adhésion à la CGT. Ainsi, de 1979 à 1983, il fut adhérent de la CGT métallurgie, de 1984 à mai 2003, du SORCO (Syndicat des organismes de retraite complémentaire) CFDT (Fédération Protection sociale, Travail et Emploi). Après une brève adhésion au syndicat des personnels administratifs CFDT (Fédération Interco), jusqu’en septembre 2003, il suivit ceux qui firent scission de la CFDT vers la FSU, syndicat nouvellement créé au sein de la fonction publique territoriale, d’octobre 2003 à février 2004. Simple adhérent, il n’eut jusqu’alors aucune responsabilité.

En mars 2004, il revint à la CGT (Fédération des Services publics) où il fut secrétaire à la vie syndicale (organisation), membre de la commission exécutive et du bureau de son syndicat. Organisation et responsabilité qu’il quitta en 2008, en raison de la lassitude générée par les dissensions internes liées à des problèmes organisationnels et de fonctionnement de son syndicat et de la complexité des rapports entretenus au sein des différentes instances de la CGT.
De 1978 à 1980, il fut tout d’abord sympathisant de la Fédération anarchiste. Lecteur du Monde libertaire, il participa aux manifestations et aux meetings de l’organisation. De septembre 1980 à juin 1994, il fut adhérent de la FA. D’abord au groupe Berneri (Paris Xe), de 1980 à 1983 ; puis au groupe du IIIe arrondissement, de 1983 à 1986. Après, il devint adhérent individuel sans être militant. Durant son engagement à la Fédération anarchiste, Jean-Luc Boucher fut d’abord trésorier fédéral de juin 1982 à juin 1983, puis administrateur de la librairie Publico de juin 1983 à juin 1985. Il participa aux congrès de la FA de Neuilly-sur-Marne (1981), du Havre (1982), de Besançon (1983), de Toulouse (1984), de Paris (1985), de Perpignan (1986), d’Angers (1987), de Rouen (1988) et aux stages du CFA (Centre de formation anarchiste) à Bordeaux (1983), Auray (1984) et Tours (1985). Il participa encore en 2008 de manière épisodique aux manifestations de la Fédération anarchiste.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article154881, notice BOUCHER Jean-Luc, René [Dictionnaire des anarchistes] par Hugues Lenoir , version mise en ligne le 23 avril 2014, dernière modification le 23 janvier 2019.

Par Hugues Lenoir

ŒUVRE : Réalisation collective avec les membres du groupe du IIIe arrondissement de la FA d’une brochure : Le Lexique de l’anarchisme, Éditions Akatène, 1985. Réédition : Libres opinions sur P.-J. Proudhon, d’Aristide Lapeyre, Éditions Akatène, 1987.

SOURCES : témoignage direct, octobre 2008.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément