CARAMARO Gérard, Albert, Marcel [Dictionnaire des anarchistes]

Par Floréal Melgar

Né à Quimper (Finistère) le 14 mai 1953. Militant à la Fédération anarchiste, CGT du Livre, correcteur.

Il est le fils de Marguerite Raoul, née à Audierne (Finistère) en 1932, femme au foyer, et d’Albert Caramaro, né en 1926 à Quimper et décédé près de Lyon en 1999, métreur, tous deux militants au sein d’organismes liés à l’Église catholique (sa mère fut responsable de la Croix-Rouge et son père président d’une fédération de parents des écoles chrétiennes).

Gérard Caramaro, marié à Laurence Wisniewski, compositrice au Journal officiel, vit aujourd’hui en Bretagne. Il est le père de trois enfants.
Interrompant ses études en fin de terminale littéraire, Gérard Caramaro suivit des cours d’art dramatique dans diverses écoles spécialisées à Paris avant d’exercer le métier de correcteur, de 1980 à 2007, notamment à VSD et au Journal officiel de la République française.

Il adhéra au groupe du XIVe arrondissement de Paris de la Fédération anarchiste en 1977. Rédacteur régulier du Monde libertaire hebdomadaire, il fut à plusieurs reprises membre du comité de rédaction de cette publication. En septembre 1981, avec Joël-Jacky Julien et Floréal Melgar, il fonda Radio libertaire, dont il fut le responsable légal de 1985 à 1987. Sur cette antenne, il anima durant plusieurs années l’émission "L’Invité quotidien", permettant à la station de s’attacher des personnalités telles que Léon Schwartzenberg, Henri Gougaud et surtout Henri Laborit qui exerça sur lui une influence notable.

En octobre 1982, parmi les nombreuses actions entreprises pour la reconnaissance officielle de Radio libertaire, on lui a dû de s’être introduit au ministère de la Communication, grâce à la complicité d’un journaliste, et, interrompant le discours du ministre, de lui avoir lancé : « Monsieur Fillioud, si j’avais été Auguste Vaillant, j’aurais pu jeter une bombe ! » (Le journaliste Christophe Bourseiller en rendit compte le lendemain dans Le Matin de Paris.)

Gérard Caramaro quitta la Fédération anarchiste en 1987. De 1980 à 2007, il fut adhérent du syndicat des correcteurs (Livre CGT) et, à ce titre, délégué du personnel à VSD. Il milita par ailleurs au sein de la Ligue des droits de l’Homme dans la région de Morlaix. Il est l’auteur d’un roman poétique, Les Noces secrètes, paru en 1997 et traduit en plusieurs langues, dont le secrétaire perpétuel de l’Académie française, Maurice Druon, dira : « J’en ai apprécié l’inspiration – on songe à Nerval – et la langue, parfaite à tous égards. »

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article154886, notice CARAMARO Gérard, Albert, Marcel [Dictionnaire des anarchistes] par Floréal Melgar, version mise en ligne le 30 avril 2014, dernière modification le 9 septembre 2020.

Par Floréal Melgar

ŒUVRES :
Rédacteur régulier du Monde libertaire, organe de la Fédération anarchiste.
« L’inspiration », Réfractions n° 3, hiver 1998-1999.
Les Noces secrètes, éditions du Non Verbal, Bordeaux, 1997.
Édition (1985) en cinq cassettes des entretiens avec Henri Laborit sur Radio libertaire : « Éloge de la fuite », « Copernic n’y a pas changé grand-chose », « L’Homme et la Ville », « La Nouvelle Grille », « La Colombe assassinée ».

SOURCES : témoignage direct, février 2009.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément