FLOUTIER Louis, Germain [Dictionnaire des anarchistes]

Par Rolf Dupuy, Daniel Vidal

Né le 18 mars 1859 à Aigremont (Gard). Cordonnier, anarchiste.

Marié avec Marie Pouget le 4 octobre 1884, ils eurent quatre enfants. Floutier appartint au parti socialiste révolutionnaire. Le 13 avril 1899, il invectiva le député Pastre, lors d’un banquet de la jeunesse radicale socialiste, s’étonnant que ce dernier ait ménagé l’armée au cours de son discours. "Les armées permanentes, dit-il, ne sont bonnes que pour fusiller les citoyens, comme à Fourmies".

En juin 1899, il avait, avec son frère Jules Floutier*, organisé un "groupe socialiste libertaire" qui se réunissait à la Buvette de la place de la Bouquerie de Nîmes et qui ne tarda pas à se disperser pour devenir ensuite le Groupe libertaire d’études économiques dont les membres se réunissaient rue de la Biche en 1900, puis 7 rue Nerva. A partir d’août 1901, le groupe eut son local 7 rue Saint-Paul, à l’ancien siège de la Bourse du travail de Nîmes.

Floutier assista régulièrement aux réunions du groupe, qui avait aussi pour membres son frère Jules, Adrien Murjas*, Pierre et Jules Guéry, César Lauze, J. M. Pillibord, Marius Montel, Léopold et Charles Gauzy*, Camille Mazel*.

Il présida des réunions publiques sur l’antimilitarisme (avec Louis Verneuil* le 1er décembre 1900) et intervint fréquemment dans les réunions électorales pour proner l’abstention. Le 13 octobre 1900, il fut l’un des orateurs à la conférence sur la « mévente du vin » tenue dans la chapelle de l’ancien lycée de Nîmes et à laquelle participèrent, selon la police « 80 à 85 personnes dont beaucoup de jeunes gens ». En décembre suivant il participa à la collecte effectuée par le groupe en faveur du journal Prolétaire Rouge qui devait être publié par Léo Sivatsy (Verneuil).

Il fut trésorier du Groupe jusqu’en mai 1902 et démissionna à la suite d’une dispute avec Auguste Moussier*. Floutier voulait convaincre des anarchistes de voter pour le candidat socialiste Fournier, mis en danger dans les législatives de 1902. En échange de quoi, ce candidat aurait apporté son appui contre l’application de la loi du 27 juillet 1894 sur les menées anarchistes.

Il fit partie du comité d’accueil de S. Faure venu à Nîmes pour une conférence le 15 novembre 1904.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article154917, notice FLOUTIER Louis, Germain [Dictionnaire des anarchistes] par Rolf Dupuy, Daniel Vidal, version mise en ligne le 16 avril 2014, dernière modification le 16 avril 2014.

Par Rolf Dupuy, Daniel Vidal

SOURCES : Arch. dép. Gard 1M750 - 1M752 -1M753.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément