FOUILLARD Laurent [Dictionnaire des anarchistes]

Par Hugues Lenoir

Né le 23 juin 1957 à Neuilly-sur-Seine (Seine, Hauts-de-Seine) ; militant de la Fédération anarchiste, pépiniériste et libraire.

Laurent Fouillard est le fils de Louis Fouillard décédé en juillet 1997, qui était cuisinier chez des particuliers, et d’Yvette Mattana décédée, ouvrière chez Paralux (articles pour salles de bains) à Ivry-sur-Seine. Ses parents n’eurent aucun engagement militant si ce n’est la participation à la résistance au fascisme en Italie de la part de sa mère, alors adolescente. En revanche, son grand-père maternel, antifasciste, franc-maçon, abonné presque toute sa vie à Umanità Nova, journal de la Fédération anarchiste italienne, eut certainement une influence sur l’évolution de son petit-fils Laurent.

Laurent Fouillard vit en couple avec Sylvie Picard, également militante à la Fédération anarchiste, qui est pigiste et écrivain. Ils ont deux enfants de 10 et 12 ans. Après un brevet d’études professionnelles horticoles (1975-1976) au lycée technique Adolphe-Chérioux à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), il exerça différents métiers : ouvrier pépiniériste, jardinier, fit divers petits boulots (vendeur en supermarché, manutentionnaire, etc.). À la suite de quoi il fut associé dans la création d’une SCOOP (société coopérative ouvrière de production) dans la restauration (Honky Tonk 1987-1988), puis salarié dans une maison d’édition. Il est permanent à la Librairie du Monde libertaire depuis 1994.

Son premier contact avec les anarchistes eut lieu lors des mouvements lycéens (1975, 1976, 1977) ; c’est alors qu’il commença à se revendiquer de l’anarchisme. Il adhéra en 1979 au CLO (Comité de lutte des objecteurs de conscience) puis à l’OP20 (Mouvement d’objecteurs visant à élargir l’obtention du statut d’objecteur par une démarche collective). Dans ce cadre, Laurent Fouillard participa à quelques actions spectaculaires, notamment l’occupation – très médiatique – pendant trois jours (1980) de l’ambassade de Belgique pour demander symboliquement l’asile politique. En 1979, il devint insoumis au service militaire et rejoignit la Fédération anarchiste où il fonda le groupe libertaire de Ris-Orangis (Essonne). En 1980, le groupe libertaire de Ris-Orangis créa Radio Alarme, radio de la Fédération anarchiste qui sera saisie par la police après quelques semaines d’émissions. En 1981, il s’installa à Paris et participa à la création du groupe libertaire du XIe arrondissement. C’est à cette date qu’il anima sur Radio libertaire Le Magazine libertaire avec Jacky, Joël Julien . D’autres émissions suivront : "Sans frontières", "Et les croissants, bordel", "Rouge profond", "Y en a pas un sur cent", "Ithaque", "Contact", Lundi matin qu’il anime depuis 1992.
En 1994, il participa à la création avec des camarades, dont Dominique Bœuf et Yves Peyraut, du groupe Étoile-Noire de la FA à Ivry-sur-Seine puis, l’année suivante, du groupe libertaire Élisée-Reclus dans la même localité, groupe dont il est toujours militant en 2009. Au fil des années, il a rédigé de nombreux articles sur différents thèmes dans Le Monde libertaire.
En 1989, il créa les éditions Traffic qui publièrent quelques livres, notamment May la réfractaire, de May Picqueray, Voyageurs au bord d’une Amérique en crise, Une femme, une femme, essai et enquête sur l’homosexualité féminine par Cathy Ytak, etc.

De 1995 à 1996, il fut mandaté au comité de rédaction du Monde libertaire puis mandaté à la programmation de Radio libertaire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article154918, notice FOUILLARD Laurent [Dictionnaire des anarchistes] par Hugues Lenoir, version mise en ligne le 27 avril 2014, dernière modification le 9 septembre 2020.

Par Hugues Lenoir

ŒUVRE : Articles dans Le Monde libertaire : « Banlieues, plutôt la vie », n° 1012 (12 au 18 octobre 1995), « Tiens, la classe ouvrière existe » (22 au 28 mai 2003), « Allons z’enfants » (19 au 25 février 2004), « Colère générale », n° 1432 (30 mars au 5 avril 2006), « Le CPE est mort… Ouf ! La Frrraance continue » du 20 au 26 avril 2006), « Ils veulent nous tuer » (du 16 au 22 février 2006), « Dialogue place Bauveau » (du 19 au 25 avril 2007)…

SOURCES : témoignage direct, juin 2009.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément