GAULT Jean-Pierre, Émile [Dictionnaire des anarchistes]

Par Hugues Lenoir

Né le 8 juillet 1954 à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) où il habite toujours ; militant de la Fédération anarchiste ; militant CGT ; imprimeur.

Sa mère, née en 1929 à Illiers (Eure-et-Loir), fut typographe, puis au foyer, puis cantinière dans une entreprise privée La Sociale et se reconnut toujours de sensibilité de gauche. Son père (1927-1984), d’origine creusoise, était peintre en bâtiment, adhérent de la CGT. Tous deux d’origine paysanne ou du prolétariat des campagnes. Ils « montèrent » à Paris dans les années 1950.

Après un bac G2 en 1972, Jean-Pierre Gault s’inscrivit à l’université Paris-XIII en histoire-géographie. Il participa au groupe anarchiste de l’université de Villetaneuse et adhéra au MARC (Mouvement d’action et de recherche critique), émanation de la CFDT et de tendance autogestionnaire). Il n’obtint aucun diplôme universitaire.

Jean-Pierre Gault adhéra aux Jeunesses communistes vers 16 ans puis il découvrit les idées libertaires. Sa première adhésion à la Fédération anarchiste date de 1974 mais il n’eut aucune activité militante particulière. Parallèlement, il adhéra à la CFDT en 1977.

En 1976, il participa à la création de l’association Le Vent du Ch’min avec Jean-Claude Richard (voir ce nom) et participa à la publication des œuvres de Gaston Couté, le poète anarchiste beauceron.

Sa militance dans l’organisation spécifique anarchiste reprit dans les années 1980 au contact de Jean-Charles Cannone (voir ce nom) et des équipes de l’imprimerie Utopie. Il créa et anima le groupe Henry-Poulaille à Saint-Denis.

Dans les années 1990-2000, il exerça de nombreuses responsabilités à la FA. Il
y fut secrétaire aux relations extérieures de 1989 à 1990 et il eut de nombreux mandats au comité de rédaction du Monde libertaire. Puis il fut secrétaire à Radio libertaire (association) pour laquelle il anima chaque semaine l’émission la Philanthropie de l’ouvrier charpentier. Dans les années 1990, sa compagne de l’époque, Sylvie di Costanzo, fut permanente à Publico pendant quelques années.

Suite à l’hébergement de militants basques clandestins dans les années 1980-1990, il fut mis plusieurs jours en garde à vue en 1996 par la brigade antiterroriste.

Son adhésion à la CGT du Livre remonte à 1994 lors de son embauche à l’Imprimerie nationale où il travaille toujours. En janvier-février 2008, il participa activement à la grève de cinq semaines avec occupation pour lutter contre un plan social à l’usine de Choisy.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article155013, notice GAULT Jean-Pierre, Émile [Dictionnaire des anarchistes] par Hugues Lenoir, version mise en ligne le 26 avril 2014, dernière modification le 23 janvier 2019.

Par Hugues Lenoir

ŒUVRE : De nombreux articles dans Le Monde libertaire.

SOURCE : Témoignage direct, juin2008.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément