BAILLY-SALINS André

Par Yves Lequin

Né le 12 novembre 1906 à Saint-Laurent-en-Granvaux (Jura), mort le 28 février 1975 à La Cadière-d’Azur (Var) ; professeur ; syndicaliste, militant socialiste et associatif du Jura ; conseiller municipal puis maire adjoint de Dole (Jura) de 1944 à 1945 et de 1959 à 1961.

Fils d’un garde général des eaux et forêts, André Bailly-Salins, élève du lycée d’Arbois (Jura), bachelier (1924, section Philosophie), d’inscrivit à la faculté des lettres de Besançon (Doubs), où il obtint des certificats d’études supérieures (morale et sociologie en 1925, psychologie en 1926), une licence ès lettres en 1927, puis diplôme d’études supérieures en 1930. Maître d’internat aux collèges de Saint-Claude (Jura) puis de Dole (Jura) de 1924, répétiteur au collège d’Arbois (Jura), il devint chargé de cours et délégué pour l’enseignement de la philosophe au collège de Lure (Haute-Saône). Lors de son service militaire de novembre 1927 à mai 1929 dans un régiment du génie au Levant, il fut malade et dut être rapatrié en février 1929. Il retrouva un poste de répétiteur au collège d’Ambert (Puy-de-Dôme), puis fut à nouveau délégué au collège de Saint-Claude pour enseigner les lettres et la grammaire. Il enseigna à partir de 1930 la philosophie à Dole où il acheva sa carrière en 1966 comme professeur certifié.

À Dole, il assuma ses premières responsabilités : dès 1934 (au moins) il était secrétaire du Cartel des fonctionnaires CGT ; il fut aussi vice-président de l’Étoile sportive doloise constituée en juin 1934 et bientôt adhérente à la Fédération sportive du Travail (FST) ; il était signalé en outre comme militant antifasciste.

Militant au Parti socialiste SFIO, en mai 1935, candidat aux élections municipales à Dole, il obtint 820 voix sur 3 364 suffrages exprimés ; en avril-mai 1936, il fit partie du comité électoral constitué par la section socialiste de Dole, pour soutenir la candidature de Justin Pannaux aux élections législatives. Il continua vraisemblablement dans le même sens au cours des années suivantes, le plus souvent en apportant son soutien aux chefs de file du socialisme jurassien, n’étant guère, comme il le dit lui-même, un homme d’action.

Mobilisé d’août 1939 à juillet 1940 dans une compagnie télégraphique, il participa à la Résistance en tant que membre d’un réseau local SOE, chargé plus particulièrement de la vérification des renseignements collectés par ledit réseau. Arrêté par les Allemands le 11 novembre 1943, il fut relâché le 17 novembre.

Il reprit son enseignement mais en 1947-1948, la menace de suppression de sa chaire provoqua diverses actions dans la ville d’autant que les succès au baccalauréat étaient nombreux. Elle fut maintenue et il devint conseiller pédagogique. Correspondant du Bureau universitaire de statistiques (BUS) en 1950, il dirigeait à partir de 1955 le cercle d’information de Dole qui organisait une partie des activités culturelles dans la ville. Ces activités (conférences, projections de films d’art) contribuaient au rayonnement du collège.

Dès la libération de Dole, nommé conseiller municipal, le 24 septembre 1944, adjoint au maire, son collègue Mugnier-Pollet, il fut chargé plus particulièrement des problèmes de l’enseignement. Il ne se présenta pas aux élections d’avril 1945 et sembla s’être tenu à l’écart jusqu’en 1959. Élu de nouveau conseiller municipal, il redevint maire adjoint, fonction dont il démissionna fin 1961 pour raison de santé (infarctus).

Il épousa le 26 août 1929 à Arbois Blanche Laure, née le 10 septembre1904 à Saint-Germain-du-Bois (Saône-et-Loire), fille d’une institutrice. Ancienne élève de l’École normale supérieures de Sèvres (1926-1929), professeur de lettres au cours secondaire puis au collège devenu lycée de jeunes filles de Dole, après la guerre, enseignante dans les classes nouvelles, directrice de stage pédagogique à partir de 1952, membre du conseil intérieur du lycée, elle jouait un grand rôle à côté de son mari.

Sans enfant, le couple se retira à La Cadière-d’Azur.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article15513, notice BAILLY-SALINS André par Yves Lequin, version mise en ligne le 20 octobre 2008, dernière modification le 24 janvier 2022.

Par Yves Lequin

SOURCES : Arch. Nat., F17/ 28407, 28605. — Arch. Dép. Jura, M suppl. 46. — Le Semeur ouvrier et paysan, 23 juin 1954. — Les Dépêches, 3 mars 1975. — Le Journal de Dole, 7 mars 1975. — Lettre d’André Bailly-Salins, janvier 1974. — Renseignements de l’archiviste de Dole. — Entretiens avec Jean-François Mugnier-Pollet (fils de François Mugnier-Pollet, maire socialiste de Dole de 1944 à 1947), 7 décembre 1992 et 30 janvier 1993. — B. Littardi, La Vie politique à Dole à la Libération (1944-1946), mémoire de maîtrise, Université de France-Comté, 1993. — Notes de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément