BERGER Marius [Dictionnaire des anarchistes]

Par Claude Pennetier complété par Rolf Dupuy

Militant anarchiste d’Orléans (Loiret).

Marius Berger, qui habitait 23 rue Croix de bois à Orléans, fut révolté par la mort, le 13 avril 1932, de son ami et vieux cheminot anarcho-syndicaliste Henri Legay à la suite d’un passage à tabac par la police locale. Il collabora d’abord au Comité Legay , groupant l’ensemble des organisations de gauche, puis créa un comité concurrent Les amis d’Henri Legay jouissant de l’appui de certains anarchistes et des communistes. Sa campagne active pour la condamnation des policiers meurtriers lui valut de nombreuses difficultés. L’artisan potier eut six contraventions en quelques mois alors qu’il vendait sa production sur le marché.

Le 27 juin, un commerçant le frappa mais la police refusa d’enregistrer la plainte. À cette occasion : " La cellule (communiste) d’Orléans réunie le 29 juin après avoir pris connaissance de l’agression policière dont l’anarchiste Berger vient d’être victime, précise : 1) Les communistes ne sont d’accord ni avec le caractère individuel de l’action de Berger, ni avec sa position politique. 2) Ils n’en sont que mieux placés pour reconnaître que Berger, dans l’affaire Legay a fait montre d’un dévouement et d’un désintéressement indiscutables " ( cf. Le Travailleur, 2 juillet 1932). En août (ou fin juillet) un policier accusa Berger de l’avoir insulté et le fit condamner à quinze jours de prison.

En 1936 Marius Berger était membre du groupe La Revue Anarchiste et souscrivait en faveur de l’Espagne. En mars 1938 il effectuait un voyage à Barcelone pour le compte de la Solidarité Internationale Antifasciste (SIA).

Il y a sans doute identité avec Léon, Marius Berger, né le 11 mai 1879 à Orléans, qui en 1913 travaillait comme tapissier et camelot en mercerie. Il habitait alors avec le typographe Camille Crublé au 4 rue de la Cholerie où, en mai 1913, comme une dizaine d’autres anarchistes de la ville dont E. Armand, ils furent l’objet d’une perquisition qui se révéla infructueuse. Il se disait ami avec Raymond la Science de la bande à Bonnot et fit soupçonné d’émission de fausse monnaie.

En 1922, il était le secrétaire du syndicat des marchands forains.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article155131, notice BERGER Marius [Dictionnaire des anarchistes] par Claude Pennetier complété par Rolf Dupuy, version mise en ligne le 23 avril 2014, dernière modification le 8 juillet 2021.

Par Claude Pennetier complété par Rolf Dupuy

SOURCES : Le Travailleur (Loiret), 1932. — Cl. Pennetier, L’affaire Legay in Le Peuple français, octobre-décembre 1976. — Notice de Cl. Pennetier in Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier..., op. cit. — Voix Libertaire, année 1936. — Notes D. Dupuy. — Rapport du commissaire central d’Orléans, 26 mai 1913 & du 1er août 1922.

Version imprimable Signaler un complément